Bain de lait d'éleveurs français et allemands pour dénoncer les cours trop bas

Bain de lait d'éleveurs français et allemands pour dénoncer les cours trop bas

Des éleveurs français et allemands se sont symboliquement baignés dans une piscine remplie de lait, vendredi à la frontière franco-allemande à Strasbourg, pour signifier qu'ils "se noient dans les excédents", qui font selon eux chuter les cours.

"Nous avons les mêmes problèmes des deux côté du Rhin: les prix chutent car on a trop de production", a expliqué Germain Krantz, de la Coordination rurale, coorganisatrice de la manifestation avec la Fédération allemande des éleveurs laitiers (BDM). "Actuellement, le prix du lait est inférieur aux coûts de production, donc nous travaillons à perte. Nous demandons la mise en place d'une régulation à l'échelle européenne", a ajouté l'éleveur, installé à Rangen (Bas-Rhin), à une quarantaine de km de Strasbourg. Au total, plus d'une centaine d'agriculteurs venus des deux côtés du Rhin ont pris part à cette manifestation, organisée sur le pont de l'Europe reliant Strasbourg à Kehl, sa voisine allemande. Une quinzaine de tracteurs français et une cinquantaine de tracteurs allemands se sont rejoints au milieu du pont. En tête de chaque cortège, les manifestants avaient placé des vaches en carton-pâte aux couleurs de chaque pays, avec les inscriptions: "Lait équitable" et "Les éleveurs ont besoin d'un prix juste".

"Adapter l'offre à la demande"

Sous les applaudissements de leurs pairs, quatre manifestants se sont ensuite baignés dans une piscine gonflable installée au milieu du pont, remplie de lait coupé à l'eau chaude. Les éleveurs demandent en particulier que le lait leur soit payé au moins 50 centimes le litre, contre environ 30 centimes côté français et 27 centimes côté allemand actuellement. "En temps de crise, il faut adapter l'offre à la demande. C'est aux éleveurs de le faire eux-mêmes, mais pour ça il faut un cadre réglementaire", a expliqué Stefan Lehmann, membre du syndicat allemand BDM et éleveur installé à Oberharmersdach, à une cinquantaine de km de Strasbourg. Le marché du lait souffre d'une surproduction au niveau mondial qui, outre le manque de débouchés en Russie, est liée à une chute de la demande chinoise et à une augmentation de la production, en particulier en Europe depuis la fin des quotas au mois de mars.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

@lucko

la différence doit venir de la taille du marché équitable (en industrie il y a des économies d'échelle en élevage c'est moins linéaire), un pâtissier qui fait 10 gâteaux à l'heure n'a pas le rendement d'une machine qui en fait 10 000, ce qui augmente le coût (et vu que les cotisations sont sur le travail, la machine ne paye qu'un peu de CSG sur le résultat et non sur le travail réalisé).
Et on doit être sur des petits débouchés, par conséquent la marge du distributeur est aussi gonflé (et puis pour qu'il y est des appels d'offres, il faut bien rattraper ses marges ailleurs, en général sur du haut de gamme, quand on fait l'essence à prix coutant, c'est le filet d'agneau qui paye le pompiste, les supermarchés ne font jamais faillites même en cassant les prix).

manu

"nous demandons la mise en place d'une régulation a l'échelle europeenne" cela existait avant cela s'appelait les quotas ...ce qui arrive tout le monde savait s'était voulu par nos clients (les acheteurs de lait)il fallait gueuler (beugler peut-etre)au bon moment !!!!!!!!!!!

lucko

prix du lait??? j'ai acheté du lait équitable dans une grande surface 1,37 € le litre : celui que j'achète habituellement 0.65 € le litre ( les 2 demi écrèmé standart ).
Quand je suis arrivé chez moi j'ai vu sur la bouteille , marqué en rouge : "l'éleveur perçoit 10 centimes de plus par litre "
A qui profite le plus l'appellation :lait équitable ???

59

moi je veux bien mais mon lait part en Allemagne et ils nous l'achètent plus cher que chez eux!! faut qu'on m'explique!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires