Bilan 2010 (3/6) : Le prix de l'ensemble des laits s'accroît de 8% en 2010.

Le prix des gros bovins se stabilise. Le volume de la production progresse de 3% en 2010. Les abattages augmentent, en particulier pour les vaches et surtout pour les génisses. Le cheptel bovin reste stable : le nombre de vaches laitières continue à se réduire tandis que les effectifs de génisses et de taurillons progressent. Le prix des veaux se redresse (+ 3%) en raison d'une offre maîtrisée et bien adaptée à la demande.

Pour les porcins, le prix recule légèrement et continue à se situer à un niveau bas, après sa forte diminution en 2009. Le volume de production reste stable. Pour les ovins, les prix restent fermes, avec la baisse des importations ; le volume de production s'accroît de 1%, après cinq années de recul. Au total, la valeur de la production de bétail augmente de 1,5% (soit + 146 millions d'euros).

Le volume de production de l'ensemble des volailles reste stable. Les abattages de poulets augmentent, mais ceux de canards et de dindes continuent à diminuer. Les prix à la production se replient avec la réduction des coûts de production. La production d'oeufs se redresse et l'abondance de l'offre entraîne une chute des prix qui sont inférieurs de 11% à ceux de 2009. Globalement, la production de produits avicoles est en baisse de 3,3% (soit 133 millions d'euros).

Après avoir atteint un niveau très bas en 2009, la collecte de lait se redresse en 2010, notamment en raison de la hausse du prix du lait et, dans une moindre mesure, d'une baisse des coûts de production en début d'année. En moyenne annuelle, le prix du lait dans son ensemble (vache, chèvre, brebis) s'accroît de 8% en 2010.

Source Insee, comptes prévisionnels de l'agriculture arrêtés en novembre 2010

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires