Bretagne : Tensions autour du projet de reprise d'Entremont

Des agriculteurs bretons expriment leur inquiétude sur l'avenir de l'entreprise en difficulté. Des négociations sur son avenir démarrent jeudi, sous l'égide de Bercy.

Des éleveurs se déplaceront jeudi 16 juillet à Paris au moment de la réunion du Ciri (comité interministériel de restructuration industrielle, dépendant de Bercy) qui va délibérer sur le cas de l'entreprise Entremont Alliance.

Les présidents de chambres départementales d'agriculture de Bretagne ont réclamé que le cas Entremont Alliance trouve une issue au plus tard le 17 juillet. « Aucun livreur de lait ne devra être laissé sur le bord de la route », ont indiqué les présidents dans un communiqué commun en réclamant d'une manière plus générale des mesures d'urgence pour la filière lait française.


Lactalis et Sodiaal sur les rangs

Par ailleurs, le comité central d'Entremont a réitéré ses craintes sur une éventuelle reprise de l'entreprise par le groupe concurrent Lactalis. Reprise qu'il estime « particulièrement dangereuse pour l'emploi à court et moyen terme ». Lactalis et Entremont auraient en effet des doublons d'activité et de sites industriels.

Entremont Alliance, détenu par le groupe Albert Frère (63,5%) et par la coopérative bretonne Unicopa (33,5%), également en difficulté, absorbe 30% de la production laitière bretonne et emploie environ 4.180 personnes. La chute des cours du beurre et de la poudre du lait l'ont mis en difficulté, avec une perte de 19 millions d'euros au 1er trimestre 2009.

Le géant laitier Lactalis a fait part de son intérêt pour une reprise des activités d'Entremont. Sodiaal (Yoplait) et Bongrain, déjà associés sur le marché du fromage seraient également sur les rangs.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires