Crise agricole: Leclerc s'engage à ne pas demander de nouvelles baisses de prix sur le lait

Crise agricole: Leclerc s'engage à ne pas demander de nouvelles baisses de prix sur le lait

Deux semaines avant la fin des négociations commerciales avec ses fournisseurs et alors que la colère des agriculteurs ne faiblit pas, le groupe de distribution E.Leclerc s'est engagé mardi à ne pas demander de nouvelles baisses de prix sur les produits laitiers français.

"Aujourd'hui, l'enseigne E.Leclerc vient d'informer le Premier ministre qu'elle s'engageait à ne pas baisser ses prix d'achat sur les produits laitiers d'origine France", indique le groupement d'indépendants dans un communiqué "et de conserver les références tarifaires de 2015". En contrepartie, Leclerc demande aux pouvoirs publics d'intervenir pour que les industriels garantissent aux éleveurs un prix d'achat 2016 "qui soit au minimum au niveau équivalent à celui de 2015". Le gouvernement avait déclaré vendredi qu'il n'était "pas acceptable que les négociations commerciales conduisent en 2016 à des baisses de prix pour les filières en difficulté", demandant par ailleurs aux différents acteurs de faire des propositions concrètes pour faire évoluer le cadre de la négociation commerciale pour mieux répartir les marges.   Les centres E.Leclerc demandent également "officiellement à intégrer l'Interprofession laitière (composée des producteurs et des transformateurs, ndlr) afin que la transparence puisse être établie dans la sérénité des structures interprofessionnelles et non sous la pression et sur les parkings des magasins", conclut le communiqué.  

Toutefois, l'annonce faite par le groupe "ne nous rassure pas. Parce que ce qu'il nous faut c'est des hausses (de prix)", a réagi sur France Info le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs, Florent Dornier. "Avoir du lait qui est payé 290 euros la tonne, ce n'est pas concevable. Parce que vous, consommateurs, quand vous allez faire vos courses, votre lait n'a pas baissé dans les grandes surfaces", a-t-il souligné. Les éleveurs laitiers estiment que pour couvrir leur frais de production, il leur faudrait un prix du lait d'au moins 330 euros la tonne. Des agriculteurs maintenaient la pression mardi pour réclamer de meilleurs prix d'achat pour leurs produits. Une centaine d'éleveurs ont ainsi déversé du fumier devant la sous-préfecture de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), tandis que dans l'Ain, les plateformes de la grande distribution restaient toujours bloquées pour le troisième jour consécutif.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

fab

Stop, produire plus et gagner moins. On n’est plus les patrons de nos exploitations. Des financiers investisseurs qui nous dictent la marche à suivre pour leurs profils. Nos exploitations élevages sont surdimensionnées au profil de financier et l’exploitant à un endettement énorme sur le dos. Avec une entente entre producteur, baisser nos productions intensif qui nous rapporte pas, lancer un marché en parallèle des grandes surfaces, ouvrir des points de vente direct pour concurrencer l’industriel. Nos exploitations élevages sont surdimensionnées au profil de financier et l’exploitant à un endettement énorme sur le dos. Moi-même, je commence à me détourner de la filière industrielle, j’écoule des colis de viande en vente direct et cela marche plutôt bien. Les nouveaux clients sont très satisfait de manger un bon produit français de la génisse Limousine à 12.90€/Kg la concurrence à ce tarif est à terre. Laissons les financiers et politicards dans leurs magouilles de détournements d’argent et rapprenons la maitrise de nos exploitations.

szut

tout a fait d accord avec nico12,j inverserais juste le classement des pourris!!

AT63

pourquoi ne parle t on pas des grande laiteries elle ne fond pas de bruis c jours ci pourtant ce son les laiteries qui vole les paysans avec leur prix toujours trops bas
distributeur transformateur voyou

59

c'est le pays qui est pourri. nos "grands" dirigeants ont fait les mauvais choix mais c'est pas qui trinquent eux y touchent jusqu'à temps qu ils soient sous terre.

nico12

Ha bravo le secretaire general des JA,prix de base a 264€/t chez nous. En septembre on parlait de 340€/t aujourd'hui on demande plus que 330€/t. Arretez de vous foutre de notre tete. Le systeme est vraiment pourri de la grande distri en passant par la politique et en finissant par les syndicats.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires