Enquête ouverte après la contamination de laits infantiles Lactalis aux salmonelles

Enquête ouverte après la contamination de laits infantiles Lactalis aux salmonelles

Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris, notamment pour "blessures involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui", dans l'affaire des laits infantiles contaminés par des salmonelles qui a contraint Lactalis à rappeler des milliers de tonnes de produits.

Cette enquête préliminaire, qui a été ouverte vendredi également pour "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit" préjudiciable à la santé, a été confiée aux gendarmes de la section de recherches d'Angers et de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (Oclaesp), spécialisé dans ce type de dossier.   Lactalis n'avait pu être joint par l'AFP à la mi-journée. Le premier groupe laitier français a annoncé la semaine dernière rappeler toute sa production de laits infantiles de l'usine de Craon (Mayenne) depuis février. "Une contamination dispersée s'est installée" dans cette usine "suite à des travaux réalisés courant 1er semestre 2017", a-t-il expliqué. Le volume des produits concernés par ce rappel se chiffre en milliers de tonnes. Mais le groupe, connu pour sa discrétion (il ne publie pas ses comptes), n'avait pas voulu le préciser.  

Les salmonelloses sont des intoxications alimentaires allant de la gastroentérite bénigne à des infections plus graves. Elles sont potentiellement plus dangereuses pour les jeunes enfants, les personnes âgées ou affaiblies. Une première plainte avait été déposée à la mi-décembre par Quentin Guillemain, père d'une fille de trois mois qui avait consommé un lot concerné par les rappels mais n'était pas tombée malade. L'association de consommateurs UFC-Que Choisir avait annoncé son intention de faire de même. "L'ouverture de cette enquête est une très bonne nouvelle. Le parquet a été très réactif et cela montre que les éléments que nous avions dénoncés donnaient matière à une enquête. J'attends désormais la désignation d'un juge d'instruction et l'ouverture d'une information judiciaire", a réagi auprès de l'AFP Me Jade Dousselin, l'avocate de M. Guillemain.

L'usine à l'arrêt

Selon elle, de "très nombreux parents" ont également fait part de leur souhait de déposer une plainte dans ce dossier. Une association de familles de victimes a également été créée par Quentin Guillemain. Au 20 décembre, l'autorité de surveillance Santé publique France avait recensé 35 nourrissons (dont 20 filles) atteints de salmonellose en France depuis la mi-août. Ce nombre inhabituel l'a amenée à parler d'"épidémie", mais la santé de tous ces enfants est bonne, y compris pour les 16 qui ont été hospitalisés. Pour 31 enfants malades, il a été prouvé qu'ils avaient consommé un lait infantile de l'usine Lactalis de Craon. Le retrait concerne des produits de marque Picot (poudres et céréales infantiles), Milumel (poudres et céréales infantiles) et Taranis (mélange d'acides aminés en poudre destinés au traitement de pathologies), selon Lactalis.  

Une partie des 350 employés de l'usine vont subir des mesures de chômage technique, qui doivent être annoncées dans les prochains jours, selon le groupe. La production de l'usine, qui appartient depuis 2006 à Lactalis, a été arrêtée le 8 décembre pour un grand nettoyage des installations.   Elle avait déjà subi une contamination par des salmonelles en 2005, juste avant son rachat. A l'étranger, et notamment en Chine, cette affaire a été abondamment commentée. Et pour cause: en 2008, dans ce pays, un scandale retentissant de lait en poudre infantile contaminé à la mélanine a durablement marqué les consommateurs et discrédité la filière lait locale.

A lire aussi :  Salmonelle: le gouvernement annonce un retrait massif de laits infantiles Lactalis

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 3

Panpan!

La biodiversité, c'est aussi les salmonelles. Je crois qu'il en existerait 5000 espèces différentes et seulement la moitié est connue, dont les plus dangereuses bien sûr.
Aura-t-on toujours le droit d'utiliser des produits chimiques pour les combattre? A moins que la nature trouve toute seule l'antidote???

DIGUE3942

les paysans vont encore payer les POTS CASSES.....

Chable362

Defiance accrue du consomateur francais ou chinois dans un marche sature, sur qui ca va retomber?
2018 s'annonce radieux!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires