Ensilage de maïs 2015 : priorité à l’éclatement des grains !

CLASEL

Ensilage de maïs 2015 : priorité à l’éclatement des grains !

De la qualité de la confection et de la conservation de l’ensilage dépendent les résultats techniques d’une année entière ! Les enjeux économiques sont conséquents : un chantier de 20 ha, c’est un capital d’environ 17 à 20 000 euros, qui peut vite être « gâché » si la réussite de l’ensilage est mitigée.

 

 

 

 

 

La date de récolte, la longueur de coupe, le tassement du silo sont autant d’éléments déterminants pour la qualité du maïs récolté.

Un autre élément majeur et qui doit attirer l’attention tout au long du chantier est l’éclatement des grains.

Le maïs est la source majeure d’énergie dans les rations des vaches laitières, notamment grâce aux grains qui représentent en moyenne 46 % de la MS de l’ensilage. Un grain non éclaté ou peu éclaté est directement rejeté dans les bouses donc 100 % perdu. Avec des maïs dont le stay green a bien progressé, les éleveurs se font parfois piéger par l’aspect visuel de la plante. L’attaque des grains par les éclateurs est à adapter en fonction de leur maturité. Pour des maïs à 30 % de MS, il suffit que les grains soient légèrement touchés ou fissurés pour rendre l’amidon disponible. Entre 32 et 35 %, les grains doivent être éclatés. Au-delà de 35 %, et notamment sur des grains vitreux, le grain doit être pulvérisé.

2 principaux types d’éclateurs :

  • Les éclateurs à rouleaux : majoritaires aujourd’hui, fonctionnent très bien quand ils sont bien réglés, attention toutefois à ne pas se fier uniquement à l’indicateur en cabine !
  • Les éclateurs à disques : bien adaptés pour les grains vitreux plus durs à éclater (surface de friction plus importante), attention plus onéreux à l’achat et usure plus rapide. 

Des UFL récoltés aux UFL valorisés : notion d’UFL efficace

Les analyses actuelles de maïs annoncent un potentiel d’UFL maximal du fourrage récolté. En fonction de la dégradabilité de l’amidon et aussi de la digestibilité de la NDF, ce potentiel n’est pas toujours atteignable, ce qui explique parfois des résultats techniques décevants malgré une bonne valeur énergétique estimée. L’éclatement du grain fait partie des éléments impactant ce potentiel d’UFL, et permet notamment d’affiner la DT (Digestibilité Théorique) amidon, c’est-à-dire la part de l’amidon qui sera digérée dans le rumen. CLASEL Nutrition travaille actuellement sur cette notion d’UFL efficace de façon à pouvoir les annoncer sur les analyses de maïs dès l’hiver prochain.

Venez nous rencontrer

De nombreux conseils et démonstrations seront présentés lors du salon aux champs les 26 et 27 août prochains à Fontenay-sur-Vègre (72). 

 

 

 

 

 

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires