Evolution des groupes industriels : Fortes concentrations dans le lait

Costie Pruilh

De 2002 à 2008, les plus fortes concentrations concernent le lait conditionné et les poudres de lait, selon une récente étude FranceAgriMer.

Le principal mouvement de la transformation laitière française est le renforcement de l'Ouest, qui est la seule région dont la collecte a augmenté entre 2002 et 2008. Bretagne Pays de la Loire produit de tout, contrairement aux autres régions, qui ont leurs spécialités. C'est une des conclusions de l'étude de FranceAgrimer sur les évolutions de la transformation laitière.
L'étude montre que des opérations d'achats, partenariat ou du fusion, ont renforcé la part des principaux groupes dans toutes les productions. C'est particulièrement vrai pour le lait de consommation, les poudres de lait, le beurre, et l'ultra frais.
Pour le lait de consommation, la restructuration commerciale (Sodiaal prend le contrôle d'Orlait et Glac reprend l'activité lait de consommation de Toury) s'est accompagnée d'une restructuration industrielle. Dans le beurre, la création de Beuralia (Entremont et Sodiaal) a entraîné une importante croissance de la part des trois premiers groupes.

Très forte concentration dans les productions à faible valeur ajoutée

Dans l'ultra frais, la concentration est principalement due à la création de la société Lactalis Nestlé ultra-frais en 2007, majoritairement détenue par Lactalis. Pour les poudres de lait, la concentration de la production s'explique essentiellement par le rapprochement des outils d'Unicopa et d'Entremont lors de la création d'Entremont alliance (aujourd'hui repris par Sodiaal). Des sociétés de commercialisation inter groupes (Régilait, Bonilait protéines, Nutribio, International dairy ingredients…) existent en fonction de la segmentation des utilisateurs et des débouchés des poudres, qui s'est accrue ces dernières années.
Les poudres de lactosérum, les fromages fondus et l'emmental avaient déjà connu une concentration commerciale en 2002. Pour l'emmental, la restructuration s'est néanmoins prolongée.
Enfin, l'étude de FranceAgriMer pointe que « les trois premiers groupes ne sont particulièrement prédominants (plus de 80 % de parts de marché) que dans trois productions à faible valeur ajoutée : les laits conditionnés, les fromages fondus et l'emmental ».

Source Réussir Lait Avril 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires