FNPL : Bruno Le Maire défend l'idée de la régulation du marché laitier

Bruno Le Maire n'a pas pu se rendre à l'assemblée générale de la FNPL, son avion n'ayant pu atterrir à Aurillac pour cause de brouillard. Dans le discours qu'il aurait du prononcer, le ministre défend l'idée de la régulation du marché laitier.

Dans le discours que le ministre aurait du prononcer devant les congressistes de la Fédération nationale des producteurs de lait (branche laitière de la FNSEA), le ministre de l'Agriculture affirme que «l'histoire donnera tort à tous ceux qui continuent de vouloir engager l'agriculture européenne dans la voie de la libéralisation totale des marchés».

«Je me suis battu pour remettre de la régulation dans les marchés», ajoute-t-il. « Nous avons obtenu des premières avancées avec le paquet Lait. Je continuerai à me battre dans cette direction car j'estime que le compte n'y est pas encore ». Ce paquet législatif réuni des propositions de la Commission européenne permettant notamment de renforcer l'organisation collective des producteurs, d'augmenter leur pouvoir de négociation et d'organiser la transparence des marchés dans le secteur laitier.

« J'irai plus loin parce que déréguler les marchés, c'est se priver de toute capacité d'intervention lorsque les prix s'effondrent », estime le ministre.

« Nous devons redonner le pouvoirs aux producteurs »

L'Assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait se tient 15 jours avant la mise en place de la contractualisation qui doit entrer en vigueur le 1er avril pour la filière du lait. Les relations commerciales régies par contrat entre les agriculteurs et acheteurs sont l'une des mesures phares prévues dans la loi de modernisation de l'agriculture et de la pêche (LMAP), votée l'été dernier.

«Pour que les contrats soient justes et équitables, nous devons redonner le pouvoirs aux producteurs», indique M. Le Maire, «vous avez déjà la possibilité de vous regrouper en organisations de producteurs, avec un mandat de gestion. Je reconnais que ce n'est pas suffisant. Pour permettre aux producteurs de négocier d'égal à égal avec l'aval de la filière, il faut les autoriser à se regrouper en plus grand nombre ». Pour la FNPL « la contractualisation est un outil d'assurance et de prévisibilité indispensable pour les éleveurs » .

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires