France : une collecte de lait en nette progression

S C

France : une collecte de lait en nette progression

La collecte de lait de vache chez les éleveurs français est en nette progression depuis le début de l’année. Mais le quota national n’est toujours pas atteint, à deux mois de la fin de la campagne 2013/2014.

D’après les dernières prévisions de l'enquête mensuelle laitière SSP/FranceAgriMer, la collecte laitière a augmentée de 6,7% en janvier 2014 et de 7,8% en février 2014 par rapport aux mêmes mois de l’an passé.

Une relance de la production logique dans un contexte de hausse du prix du lait et de stabilisation du prix des aliments pour vaches laitières. En février 2014, le prix du lait standard avoisine 386 €/1 000 litres, soit une hausse de plus de 63 €/1 000 litres par rapport à l'année précédente.

En cumul depuis le début de la campagne 2013/2014, la collecte de lait de vache progresserait de 2,6 % par rapport à la campagne précédente.  Le taux de matière grasse serait, en moyenne de 40,93 g/l, proche du niveau atteint l’an passé.

Un quota national toujours pas atteint

Cependant, la collecte cumulée et corrigée de la matière grasse est toujours en retrait par rapport au quota national : le « déficit »  total estimé  à la fin de l’avant dernier mois de la campagne laitière 2013/2014 dépasserait largement le million de tonnes, soit encore plus de 5% de la collecte nationale.

Dans la plupart des pays du Nord de l’Union européenne, la collecte a également fortement augmenté depuis l’hiver. Cette forte production s'explique par un prix du lait et des conditions climatiques très favorables. Les hausses de collectes seraient comprises entre +4 % et +10% entre janvier et février 2014.

Ainsi, en Allemagne la collecte aurait augmenté de 4,5 % en février et le dépassement du quota estimé serait supérieur à 2%. La forte croissance de la production de lait devrait conduire les Pays-Bas à dépasser leur référence de 4%. Au Royaume-Uni, malgré des hausses de collecte supérieures à 10% enregistrées sur ces derniers mois, le pays devrait terminer sa campagne laitière en forte sous-réalisation.

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 12

disasterpieces

@ popeye : productivité et rentabilité ne vont pas de pair : les systèmes herbagers n'ont pas la productivité des usines laitières à maïs mais économiquement elles peuvent être beaucoup plus performantes : peu ou pas d'achat de soja, cout de distribution nettement moins important voire nul en cas de libre service, moins de problêmes sanitaire et/ou repro. Sur les GTE de mon CL tu as des gars qui tournent à 60-70 % de marge brute en systême intensif aucun ne dépasse les 50.

Pour le lait d'été c'est sur que l'herbe n'est pas faites pour mais les vaches non plus à 30-35°C aucune vaches ne va cracher du lait donc faisons comme nos vaches et arrêtons de traire pendant un mois. Car je préfère produire du lait à 30 € de cout alimentaire pendant 6 mois de l'année (fév/juil) que de cartonner mes vaches pendant Aout Septembre surtout pour ne pas avoir la production visée.

Après si les industriels ne sont pas content qu'ils regardent ce qu'il se fait en Irlande ou en NZ, outils surdimensionner pour absorber les pic de productions mais qui ne tournent pas à plein régime toutes l'années car eux ont compris qu'une vache ne dispose pas de vannes que l'on ouvre et ferme au grès des besoins et de la saison.

grigri

@éleveur plein air: je ne vais pas etre méchant mais mes vaches paturent je vais les chercher au champs et franchement le contact avec mes vaches je l'ai peut etre plus que vous la différence c'est que je ne les voit pas de part en dessous dans la salle de traite!!! tous les anti robots disent cela mais je suis sur que la plupart sont moins avec leurs vl que nous!!! il ne faut pas oublier qu'avant je passais 2h30 par jour a la traite et ce temps la je le passe entièrement avc elles et non que à la mamelle !! nuance!!
deuxiemement 70 vaches a 10500 kg ca passe très bien cela dit il ne faut pas plus je suis d'accord, mais je ne monterais pas une 2e stalle puisque mon système est cohérent et le volume c'est bien mais ce qui compte c'est la marge on est d'accord.vous faites des grands raccourcis qui me dérange surtout qu'avec des hernies discales allez faire la traite... a bon entendeur

popeye80

Pour répondre à "éleveur plein air", je crois qu'il ne faut pas être aussi catégorique. Dans les régions de polyculture comme la mienne où il subsiste difficilement un élevage par village; tout ce qui peut contribuer à maintenir la production laitière en place est bon à prendre. un constat: les parents partent en retraite alors on vire les vaches faute de main d'oeuvre, de goût, de contraintes quotidiennes. Alors si le robot est la solution (ou une des solutions), pourquoi pas!
Quant à l'élevage de plein air, ce n'est pas une si grande évidence. Bien sur il faut maîtriser ses charges car les écarts d'une exploitations à l'autre peuvent être très importants mais il ressort aussi une forte corrélation entre productivité par vache et performance économique. Si à cela on ajoute la pression des industriels pour avoir du lait régulièrement tout au long de l'année: pas vraiment en faveur du lait à l'herbe...

éleveur plein air

@grigri
120 000 euros à 150 000 euros (pour 60 vaches maxi), c'est peut-être un peu plus cher qu'une sale de traite. Alors arrêtez avec vos robots si vous n'êtes même plus capable de traire les vaches et d'aller les chercher au champ matin et soir, pourquoi restez vous éleveur. Faut pas oublier qu'il faut maitriser les cout de production, faire attention aux charges. L'herbe pâturer est le plus économique, des vaches en meilleurs santé et heureuses en plein air.
Robot veut dire hors sol, déssileuse 365 jours par an avec maïs, minéraux et aliment a gogo. En fin de compte le plus cher, mais sa ne vous arrête pas car les robots fleurissent de partout. A 400 euros la tonnes vous vous plaignez déjà, alors attention a la fin des quota. D'autant plus qu'un robot est limité a 60 vaches maxi, alors celui qui va vouloir traire plus va pouvoir réinvestir dans un 2ème robot!
Alors où vas t-on, les vaches ne sont pas des robots. Juste parceque vous n'aimez pas traire, n'aimez pas le contact avec vos animaux, dur de faire les clôture et d'allez les cherchez matin et soir, vous aimez juste mettre le cul sur votre(toujours plus gros tracteur et signez des bon de commande pour vos prochains gros matériels.

oulala

le probleme popeye80 c'est comme l'a dit el ministre a l'assemblée a 400 certains laitiers gagneraient trop bien leur vie et ce n'est pas faux puisque meme en 2008 certians laitiers gagnaient tres bien leur vie , c'est pour ça aussi que la reforme de la pac n'apporte pas d'aides ou peu au laitier , c'est parce que certaisn sont performants

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires