Gestion de la PAC : Produire plus de lait dilue les charges de structure

Franck Mechekour

Faire face à une augmentation du droit à produire en intensifiant son système permet de diluer le poids de plus en plus important des charges de structure selon Cogedis.

Entre 1994 et 2007, « la rentabilité des exploitations laitières a diminué principalement en raison d'une hausse des coûts de production », a expliqué Guy Lemercier, responsable communication et marketing de Cogedis(1). L'analyse des résultats économiques de 1200 exploitations laitières suivies par Cogedis montre que ce sont les charges de structure qui ont évolué dans le mauvais sens. Ces dernières n'ont cessé d'augmenter pour atteindre 151,50 euros pour 1000 litres en 2007. A contrario, les charges opérationnelles, grâce notamment à une meilleure maîtrise des intrants, ont entamé une baisse continue à partir de 2001 pour se situer à 123,50 euros pour 1000 litres en 2007. Autrement dit, les charges de structure représentent plus de la moitié du coût de production. « Quand le niveau des charges de structures dépassent celui des charges opérationnelles, c'est ce qui peut arriver de pire pour un entrepreneur parce que ces charges sont difficilement compressibles car plutôt indépendantes du volume d'activité », a souligné Guy Lemercier.

Charges difficilement compressibles

Derrière cette tendance globale se cache évidemment des nuances. « Ce sont les systèmes de production les plus extrêmes (extensifs avec moins de 4000 l/hectares de SF et intensifs à plus de 9000 litres/hectares de SF) qui dégagent le plus d'EBE. »
Mais, le contexte de pénurie de lait constatée en 2007 et la baisse programmée du nombre de producteurs laitiers dans les années qui viennent se conjuguent pour favoriser l'intensification des systèmes de production. Et cette tendance devrait s'accompagner dans un premier temps d'une baisse quasi mécanique du poids des charges de structure rapporté aux 1000 litres de lait. « La grande bonne nouvelle de l'année 2007 pour les éleveurs a été de pouvoir produire plus de lait, car si le coût alimentaire augmente, par contre les charges de structure sont plus diluées. »
Et d'ajouter : « Tout système est économiquement valable à condition d'être cohérent et maîtrisé, mais les systèmes extensifs sont difficiles à faire évoluer notamment à cause de la concurrence sur le foncier, de l'organisation du parcellaire, de l'impact sur les besoins de main-d'oeuvre… »

(1) Intervention à l'occasion d'une conférence de presse sur le thème « Améliorer le revenu des éleveurs laitiers » organisée par Arvalis-Institut du végétal, FNPSMS et Seproma.

Source Réussir Lait Elevage Avril 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires