Grève du lait : Les producteurs européens se rallient au mouvement

B.BOUCHOT d'après AFP

L'appel à la grève européenne du lait a donné lieu à Bruxelles mais aussi en France, en Suisse ou en Italie, à une multiplication d'épandages de lait et d'actions pour dénoncer la crise d'un secteur en surproduction.

Un lac de lait devant la Commission européenne

Devant les bâtiments de la Commission européenne à Bruxelles, des agriculteurs de la Confédération européenne des producteurs laitiers (EMB) ont déversé un « lac de lait » de quelques milliers de litres dans une bâche entourée de bottes de pailles.

« Cette action est symbolique, mais près de 40 millions de litres de lait seront déversés ailleurs en Europe aujourd'hui » a affirmé le président de l'EMB, Romuald Schaber. Selon l'EMB, des agriculteurs d'au moins six pays de l'UE et de la Suisse ont rejoint le mouvement parti de France.

La France, où des producteurs ont encore bloqué des laiteries et des sites de groupes agro-alimentaires dans plusieurs régions, reste en première ligne. « Les objectifs n'ont pas bougé : il faut qu'on ait la certitude que la Commission européenne puisse changer la politique laitière pour réussir à garder un outil de régulation pour avoir des prix rémunérateurs », a expliqué Didier Galinou, de l'Organisation des producteurs laitiers (OPL) membre de l'EMB.

Les actions dans les autres pays

En Belgique, où les agriculteurs devaient être reçus lundi soir par la ministre fédérale de l'Agriculture, Sabine Laruelle, la Fédération Unie de Groupements d'Eleveurs et d'Agriculteurs (FUGEA) estimait à quelque deux millions de litres les quantités déversées pendant cette journée dans la partie francophone du pays.

D'autres épandages de lait ont eu lieu en Suisse ou encore aux Pays-Bas.

Dans le nord de l'Italie, les éleveurs ont cessé leurs livraisons à l'industrie. Le ministre des Politiques agricoles Luca Zaia a apporté son soutien aux producteurs, parlant d'« un coût de production de 35 à 40 centimes le litre payé par les industries à 28-30 cts ».

« Les réflexions au niveau européen doivent aller plus loin, à savoir comment à l'avenir mieux limiter la volatilité des prix du lait », a déclaré la ministre allemande de l'Agriculture, Ilse Aigner. Avec le ralliement de la Pologne lundi, 19 pays sur 27 soutiennent désormais une proposition franco-allemande en vue d'une régulation du marché européen afin d'enrayer l'effondrement des prix.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires