Italie: tensions sur le prix du lait, Lactalis mis en cause

Italie: tensions sur le prix du lait, Lactalis mis en cause

Des éleveurs italiens protestaient lundi près de Milan pour la 3è journée consécutive, se disant "étranglés" par la trop faible rémunération perçue pour leur lait et mettant en cause le groupe français Lactalis.

Depuis vendredi soir, des éleveurs sont rassemblés devant le centre de distribution, près de Lodi (nord), de la multinationale française Lactalis, propriétaire des marques italiennes Parmalat, Galbani, Invernizzi et Locatelli et numéro un du secteur, a expliqué Georgio Apostoli, un responsable du syndicat agricole Coldiretti. Ils étaient "un millier les premiers jours, davantage aujourd'hui" et ils bloquent le trafic sur le site, a-t-il précisé. Mardi, l'action va s'étendre "en ville, devant les centres commerciaux, en apportant nos vaches pour faire comprendre aux consommateurs que ce qui se passe n'est pas juste", a-t-il ajouté. Un porte-parole de Lactalis a confirmé la présence des manifestants sur le site depuis trois jours, estimant pour sa part leur nombre lundi à "plus d'une centaine". Une rencontre est prévue mardi à Milan entre le ministre de l'agriculture, Maurizio Martina, et les industriels du secteur, a-t-il ajouté.

Basse qualité

Selon Coldiretti, "on a assisté au cours de l'année écoulée à un vrai massacre d'élevages et l'Italie risque de perdre à jamais sa production de lait, sous-payée aux producteurs en-deçà des coûts de production, à des niveaux qui ne permettent même pas de donner à manger aux animaux et qui poussent à la fermeture, avec des effets irréversibles sur l'emploi, l'économie, l'environnement et la qualité des produits". "Ce sont les importations de basse qualité, vendues comme +made in Italy+, qui en sortent avantagées en raison de l'absence de système d'étiquetage transparent. La vie ou la mort des élevages italiens est suspendue à quelques centimes par litre de lait produit", a dénoncé le syndicat. Toujours selon Coldiretti, "4.000 élevages italiens, soit plus de 10% du total, ont fermé depuis l'acquisition du groupe Parmalat par la multinationale française en 2011. Une situation qui s'est aggravée cette année avec la décision unilatérale de réduire de 20% la rémunération aux éleveurs à 34 centimes le litre", alors que les coûts de production sont estimés à "entre 38 et 41 centimes par litre" en Lombardie. Lactalis affirme au contraire "payer le lait italien 20% de plus que la moyenne des marchés européens" et avoir "augmenté de plus de 15% l'acquisition de lait italien depuis 3 ans, à plus de 650 millions de litres par an". Le groupe "soutient la filière nationale en acquérant systématiquement tout le lait offert par les éleveurs avec qui il travaille", a-t-il insisté dans un communiqué.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

1584

lactalis est comme bigard il en a rien à faire des éleveurs

common

@Jean
Je sais pas dans quel monde tu vis, mais en France on parle tout le temps de l'export des cereales, broutards, vins etc... ca c'est pas "inonder encore les marchés"? L'etat francais ouvre ses frontieres aux produits capitalistes etrangers pour pouvoir vendre en revanche ses produits capitalistes aux marchés etrangers - c'est idiot de penser qu'on pourrait avoir l'un sans l'autre!

Acid

Alors levez vous révoltez vous paysan alliez vous aux mécontents italiens espagnols et même allemands bottez les fessés des technocrates c comme ça que ça doit se passer sinon taisez vous et ne râlez pas

cb

Il serait temps de mettre en place la chartre du bien être des éleveurs ,bientôt plus mal servi que les animaux ?

jean

Ca fait plaisirs de voir d'autres réactions et que le mécontentement n'est pas uniquement en France.Malheureusement pour faire reconnaitre l'état de crise au commissaire Irlandais a l'agriculture celà ne suffit pas.les Irlandais,les Danois,les Allemands,les Belges,etc vont ils un jour réagir au lieu de ne penser qu'a inonder encore un peu plus les marchés!!!!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires