La Conf’ stoppe le chantier dit "des 1000 vaches"

La Conf’ stoppe le chantier dit "des 1000 vaches"

Cette nuit, des paysans de la Confédération paysanne se sont introduits sur le site de la ferme dite "des 1000 vaches" pour stopper le chantier , près d'Abbeville (Somme), avant d'occuper jeudi matin le siège social du commanditaire du projet à Erquinghem-Lys (Nord).

« Puisque l'Etat ne prend pas ses responsabilités, nous avons décidé d'agir. Ce projet, tout comme d'autres, semblables, ne doit pas voir le jour ! Il va à l'encontre de l'avenir de l'agriculture et des paysans, du respect de l'environnement et de la vie des territoires » explique la Confédération paysanne  dans un communiqué.

Depuis ce matin,  des  paysans de la Conf' occupent également  le siège social de l'entreprise de Michel Ramery à Erquinghem-Lys, le commanditaire du projet. Environ 300 personnes sont entrées dans le hall du siège social, situé près de Lille, d’après  l'AFP. Les militants étaient accompagnés de deux veaux et ont brandi une grande bâche "Non aux 1.000 vaches".

Le responsable de l'exploitation, Michel Welter, a déclaré à l'AFP que l'entreprise allait "porter plainte". "C'est du terrorisme pur et dur", a-t-il affirmé, estimant que les dégâts pourraient s'élever à "plusieurs milliers d'euros". "Ils sont allés détruire des travaux de construction".

Des pneus d'engins de chantier ont été dégonflés, des capots relevés, des trappes à carburant ouvertes, a indiqué la gendarmerie de la Somme, qui disposait encore de peu d'éléments sur les actes de vandalisme.

A cheval sur deux communes de la périphérie d'Abbeville, Buigny-Saint-Maclou et Drucat-Le Plessiel, le projet de ferme laitière est financé pour plus de 11 millions d'euros par Michel Ramery, fondateur d'une entreprise de BTP.

Un arrêté préfectoral a limité à 500 le nombre de vaches laitières tant que la surface d'épandage des boues résiduelles ne serait pas suffisante. Mais les opposants estiment que les dimensions de la ferme, et du méthaniseur qui y est associé, n'ont pas été changées et qu'il s'agira à terme d'une ferme de 1.000 vaches (1.750 bovins au total avec les veaux).

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 23

savoirsansparler

ce projet est un gros investisseur et un regroupement de 6 ou 7 agriculteurs....seront ils les serfs sans aucun doute

geo

@bubu (écrit en minuscule) : vous semblez dans un doux rêve. Ouvrez les yeux. Il n'y aura aucun associé au projet mais seulement un industriel qui emploiera des ouvriers agricoles qui n'en auront rien à faire dès qu'une vache sera malade. Si la vache agonise et qu'il est l'heure de partir, ce ne sera plus leur problème, ils diront qu'ils n'avaient pas vu, ce qui est permis quand on a de tels effectifs à gérer.
Et c'est à souhaiter qu'aucun paysan local ne s'associe au projet car il le regrettera très vite.

abreg

c'est autorisé mais pas systematique et le plus souvent pratiqué dans des elevages de pondeuses , ou l'on a adapté la reglementation pour le bien etre ( pas des animaux) mais des industriels

bubu

je crois que tu n'as pas compris les employés ce seront les paysans associés au projet, l'entrepreneur lui prend l'argent

BUBU

de toute facon le projet aboutira un jour ou l'autre.Tout est dirigé par l'argent et c'est toujours les gros qui ramassent tout;moi perso j'ai une petite ferme avec du lait aoc et ca me va tres bien.Quand a l'entrepeneur je lui souhaite bonne chance pour recruté ses employés car a peine formé ils seront déja repartis.J'ose meme pas imaginé les vaches avec des employés qu'en auront rien a faire et qui attendrons sagement la fin de la journée.Ca va etre ingérable!!!!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires