La production en lait continue à progresser

C. Fournier

Le choix des reproducteurs, technique, certes mais ludique aussi, par l’analyse des résultats en petits groupes.
Le choix des reproducteurs, technique, certes mais ludique aussi, par l’analyse des résultats en petits groupes.

Une vingtaine d’éleveurs inscrits au syndicat contre onze l’an dernier.

“Nous assistons cette année à une évolution favorable de la race avec une forte demande en termes d’effectifs qui va dans le sens de la moyenne nationale. La brune est productive, avec de bons taux, un lait très froma­geable et des qualités rustiques qui permettent de bien valoriser l’herbe, si bien qu’en dix ans nous avons quasiment doublé le nombre de mères et aujourd’hui les brunes sont aussi introduites dans les troupeaux d’hosltein avec le but d’améliorer les taux”, se félicitait ainsi le président Christian Bromet, lors de l’assemblée générale du syndicat récemment. “Bonnes pattes, vêlages faciles, animaux dociles, permettent en résumé une bonne conduite du troupeau.” Quant à la promotion de la race, elle passe par la participation aux concours : “Sommet de l’élevage, Miss, dont le lieu reste cette année à déterminer. Faute de bêtes en assez grand nombre, Brune avenir 15 n’organise pas de départemental mais participe aux inter-régionaux dont le lieu reste aussi à déterminer pour 2012, entre Auvergne Lozère et Lot”.

Lait : une production toujours en hausse

François Fayolle, directeur de Cantal conseil élevage, présentait à la suite les performances des quelque 915 vaches dans le Cantal à rapporter aux 17 355 brunes au niveau national. Les brunes cantaliennes présentent un taux protéique de 34,4 g/l pour une production de 6 482 litres de lait, à ce jour, inégalée. Il en va de même pour le TP, au plus haut, et en nette augmentation depuis 2009. Si les chiffres nationaux montrent une production de lait qui s’établit à 7 266 kg, soit 784 kg de plus que pour le Cantal, le TP Cantal égale le TP national avec un excellent 34,4 g/l. L’activité insémination artificielle (IA) présentée ensuite par Dimitri Octavie (groupe Altitude) “révèle une campagne où l’insémination augmente pour la race brune avec un taux de pénétration de plus de 75 %. Le sexage a en outre été plébiscité par les éleveurs : le tiers des IA a été réalisé en race pure avec une semence sexée.” Dans le Cantal, c’est ainsi quelque 1 100 femelles qui ont été inséminées avec les taureaux les plus utilisés : “Astérix”, “Traction” et “Volvic”. Jérôme Lagarde (Brunes génétique service) présentait enfin aux éleveurs l’ensemble des taureaux de la gamme, et les informait de l’actualité de la race. “Cette première année d’utilisation de taureaux génomiques bruns permet aux éleveurs une connaissance intégrale des reproducteurs et la liberté de les choisir, sans dépasser cependant 30 % de génomique, ceci afin de rester dans la sécurité, sachant que la génomique permet de déterminer non le meilleur animal mais les meilleurs animaux.” Originalité de la méthode, chiffres à l’appui, les éleveurs étaient invités à commenter les performances des reproducteurs et à en débattre pour les choisir. Bilan : “Espoir”, “Astérix” et “Volvic” ont été choisis pour la nouvelle campagne d’IA.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires