Lait : des pistes pour raisonner ses investissements

Lise Monteillet

vaches à lait

« Si on emprunte massivement, on se met en danger », rappelle Benoît Rubin, économiste à l’Institut de l’élevage. Afin de raisonner les investissements des exploitations laitières, cet expert propose de tenir compte de plusieurs indicateurs, dont certains sont inspirés du secteur industriel. Ils étaient présentés lors d’une journée « Grand Angle Lait », le 4 avril.

1. Annuités > 80 €/ 1000 litres = danger

Selon les calculs de l’Institut de l’élevage, il est dangereux de dépasser 80 € d’annuités pour 1000 litres de lait. « En clair, les années de crise, cela ne passe pas. Et puis les années où cela va mieux, on n’est pas en situation de faire de l’épargne de précaution, résume Benoît Rubin. Ce seuil nous semble plutôt important pour allier investissement, financement et robustesse ». Il est également entendu que « le projet doit être en phase avec les attentes des éleveurs », car la question du travail est souvent centrale. Par ailleurs, ce montant maximum d’annuités est « nécessaire mais pas suffisant », précise l’économiste. « Il faut aller plus au fond des choses, en calculant la rentabilité économique des investissements ».

2. Le retour sur investissement

Il s’agit de calculer en combien de temps le capital investi est compensé par l’augmentation des résultats. Benoît Rubin conseille ainsi de « privilégier les investissements qui génèrent de l’excédent brut d’exploitation ».

3. Le coût du temps gagné

Il se calcule de la manière suivante : (capital supplémentaire +/- coût de fonctionnement) / temps gagné. Cet indicateur permet de comparer le coût du temps gagné entre deux stratégies d’équipement. Calculer un tel ratio peut être utile pour savoir s’il vaut mieux investir dans un robot de traite ou bien employer un salarié à qui déléguer la traite. 

tableau-bâtiment-dernière-version

Opter pour des logettes caillebotis avec robot racleur plutôt que pour des logettes mixtes fumier et lisier conduit à investir 873€ de plus par vache laitière. Mais le second système permet d’économiser 54 €/VL/an. Le retour sur investissement pour la logette caillebottis est donc de 16 ans. Le coût du temps de gagné est de 16,5 € par heure. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires