Lait: Intermarché revalorise ses prix d'achats aux éleveurs, à 340 euros la tonne

AFP

Lait: Intermarché revalorise ses prix d'achats aux éleveurs, à 340 euros la tonne

Le groupement de distributeurs indépendants Intermarché a annoncé jeudi une revalorisation de ses prix d'achat du lait à 340 euros la tonne, au moment où les éleveurs se mobilisent pour obtenir de meilleurs revenus.

"Face à la grave crise que traversent actuellement les producteurs laitiers, Intermarché renforce son soutien économique à la filière laitière. Dès juillet, l'enseigne (...) revalorisera son prix d'achat à 340 euros/1000 litres pour ses producteurs partenaires", indique le groupement dans un communiqué.

Sur le premier semestre 2017, Intermarché payait en moyenne 310 euros les 1.000 litres. Il s'était déjà engagé auparavant sur des revalorisations à 320 euros au 1er juillet et 330 euros au 1er septembre. Intermarché, dont la spécificité réside dans le fait d'être à la fois distributeur et producteur via ses usines, possède sa propre laiterie et sa propre fromagerie, et travaille directement avec 400 producteurs laitiers.

"Afin que l'ensemble des producteurs de lait bénéficient effectivement de cette revalorisation, l'enseigne invite tous ses fournisseurs de produits laitiers à appliquer cette hausse des prix du lait", ajoute le communiqué. Comme les autres distributeurs français, qui mercredi ont affiché leur soutien à la filière en se déclarant prêt à faire des efforts au niveau tarifaire, Intermarché réclame aux industriels et transformateurs davantage de visibilité sur la part des hausses de prix qui sera effectivement reversée aux éleveurs.

Ce tarif de 340 euros la tonne de lait est jugé par la plupart des éleveurs comme le prix minimum leur permettant de couvrir leurs coûts de production. L'Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) avait l'an dernier estimé le coût de production comptable moyen de lait de vache dans les exploitations spécialisées à 364 euros pour 1.000 litres, avant rémunération des éleveurs.

Début juin, Sodiaal, la plus grosse coopérative laitière française, avait annoncé une hausse du prix du lait, à 330 euros les 1.000 litres. Depuis, certains distributeurs ont annoncé être en mesure de renégocier à la hausse les prix payés pour atteindre 350 euros la tonne de lait. Système U a rouvert mercredi les négociations avec ses fournisseurs pour ses marques propres.

"C'est plutôt une bonne nouvelle, car on ne savait pas à quoi s'attendre", après la réunion entre les éleveurs et la grande distribution vendredi, avait réagi mercredi André Bonnard, secrétaire général de la fédération des producteurs laitiers (FNPL).

Sur le même sujet

Commentaires 5

fairytales

Les éleveurs sont satisfait à 340 l observatoire annonce 364 comme prix avant rémunération des éleveurs , on se contente, bon esclaves

NICK

CETTE HAUSSE POUR COMBIEN DE TPS !!!

riton46

Il doit vraiment manquer de lait......ce serait le moment de relancer une petite gréve du lait!!!! pour pouvoir enfin commencer vraiment à negocier un prix du lait juste et durable.... à bon entendeur messieurs de la FNPL qui depuis plus de 10 ans ne servent à rien....juste bon à prendre vos indemnités

Bruno 02

Je comprends d'autant mieux votre discours que lorsque j'étais môme, le blé était payé à 120 francs à l'agriculteur, soit bien plus qu'aujourd'hui...
Allez donc payer les gens 400 euros par mois comme en ces temps-là...
A part cela, il y a une sale mentalité qui taxe les agris de nantis....

Incroyable !!!

Ben voyons, c'est formidable, il aura tout de même fallu attendre "1000 jours" de crise (dixit un précédent article) ... pour que ces seigneurs décident enfin de lâcher un peu de leurs profits ...
Je suis installé depuis 20 ans et je touche le même prix de lait que mes parents ... il y a 50 ans !!
Depuis tout ce temps où vous engrangez abondamment sur notre dos, combien d'agriculteurs ont cessé l'activité - au mieux- et -au pire - se sont mis à sécher au bout d'une corde ?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires