Lait : L'union Entremont-Sodiaal se complique

SC

Les négociations se poursuivent entre la coopérative Sodiaal et le groupe laitier Entremont, actuellement en grande difficulté, mais Lactalis, écarté dans un premier temps, pourrait revenir dans la course.

Entremont et Sodiaal avaient signé en octobre un accord de «négociations exclusives», pour deux mois, en vue d'une union qui leur permettrait de devenir le 4e groupe laitier européen. La période de négociation terminée, aucun accord satisfaisant n'a été trouvé entre les deux entreprises.

Dans sa proposition, Sodiaal demandait que les 6.000 producteurs de lait livrant à Entremont investissent dans la nouvelle structure Sodiaal-Entremont et qu'ils contribuent financièrement à sa restructuration. Chacun des producteurs devait payer, pendant cinq ans 1,7 euro pour 1.000 litres afin de devenir adhérent à la coopérative, un capital que les éleveurs auraient pu récupérer le jour où ils la quitteraient. Par ailleurs, afin de contribuer au redressement des activités d'Entremont, l'accord prévoyait qu'ils versent également 3,80 euros pour 1.000 litres pendant sept ans. Une exigence qui a du mal à passer chez les éleveurs.

Profitant de la confusion, un ancien prétendant au rapprochement, le groupe Lactalis, vient jouer les troubles fêtes et tente de persuader les producteurs qu'il ferait un meilleur partenaire que Sodiaal. La période d'exclusivité avec Sodiaal étant terminée, Lactalis envisage de faire une offre dans les prochains jours.

Quant au ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, il a souhaité mercredi qu'une «solution industrielle définitive » soit trouvée pour Entremont avant la fin de l'année.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires