Lait: "La division des producteurs les affaiblit"

Lait: "La division des producteurs les affaiblit"

La division affaiblit les producteurs de lait qui ont intérêt à s'unir pour construire leur avenir avec Lactalis, a déclaré vendredi Marcel Denieul, président de la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine, premier département producteur de lait en France.

"Il y a 70 organisations de producteurs de lait qui vendent à Lactalis en France, pourquoi ne pas se regrouper pour discuter collectivement avec l'entreprise, arrêtons de nous chamailler pour des bricoles", a estimé Marcel Denieul lors d'un point presse organisé avant la vaste mobilisation interrégionale des producteurs de lait, lundi à Laval, contre Lactalis. "Ce que je ressens fortement, c'est que la crise dure et qu'elle est plus dure. Pourtant, on n'entend pas les agriculteurs qui ont tendance à se replier sur eux mêmes", a-t-il alerté, soulignant "qu'un agriculteur isolé est un agriculteur en danger".

Marcel Denieul, qui dirige également le Salon international de l'élevage (Space), ne s'est pas privé pour autant de condamner le comportement du géant laitier. "Tous nos baromètres de suivi des prix payés aux producteurs montrent que le groupe Lactalis est le moins disant parmi pratiquement toutes les entreprises de l'ouest de la France", a-t-il remarqué, évoquant "une forme de provocation".

Europe

"Auparavant, Lactalis disait qu'il devait s'aligner sur ses concurrents en France pour baisser les prix, mais comme ils proposent désormais des prix supérieurs, il dit aujourd'hui qu'il s'aligne sur la concurrence européenne", a déclaré M. Denieul. Le président de la chambre d'agriculture a aussi condamné le "fonctionnement" de Lactalis dans ses relations avec les producteurs. "Je caricature un peu mais c'est soit paternaliste, soit les producteurs n'ont qu'un droit, celui de se taire", a-t-il relevé. "Il faut que Lactalis dépasse cette approche d'autant que beaucoup de marques fortes développent leur volet 'responsabilité sociale et environnementale', or je ne vois pas comment une entreprise qui possède des marques très fortes peut ne pas intégrer la dimension sociale, dont fait partie sa relation avec les producteurs".  

Parmi les facteurs aggravants de la crise, Marcel Denieul a également jugé que la fin des quotas laitiers, le 31 mars 2015, n'avait "pas assez été anticipée" en France.  "Nous nous sommes battus jusqu'au bout pour conserver les quotas mais quand la décision a été prise, nous ne nous sommes pas organisés collectivement et nous avons laissé la main aux entreprises privées", a-t-il indiqué, reconnaissant le "besoin d'éléments de régulation".

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 15

acid

tiens pour le prix de la viande, un jeune cousin a travaillé dans un abattoir , il m'a dit que les ouvriers partent tous les jours avec un cagette de viande gratos

mimi53

qui dit la verite cest 59 a la base nous ne sommes pas unis je deplore le para agricole pour nous soutenir cest vtellement facile de nous jalouser les agri on se posera des questions mais il sera trop tard

59

tout a fait ok avec laitier 49 mais les gens conservent leurs œillères. on devrait tous s'unir sans etiquettes de syndic ou de laiteries. on est tous au meme point. tant que personne ne comprends ca, les indus rigolent.

szut

(arretons de nous chamailler pour des bricoles),mais c est quoi les bricoles? JUSTE NE PAS CREVER

laitier35

évidement qu'il est pas pour la division

il est pour la soustraction

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires