Lait: les coopératives françaises appellent à ralentir la production en Europe

Lait: les coopératives françaises appellent à ralentir la production en Europe

La fédération nationale des coopérativeslaitières (FNCL) a appelé jeudi à un ralentissement de la production de laiten Europe, du nord notamment, pour enrayer l'effondrement des prix, et demandéà Bruxelles de conditionner les aides à cet objectif.

"Le redressement passe forcément par un ralentissement de la production de lait en Europe", en particulier en Irlande, aux Pays-Bas et en Allemagne, a déclaré le président de la FNCL, Dominique Chargé, devant la presse avant le début de l'assemblée générale de la fédération.   "On veut que la Commission contraigne davantage les Etats-membres dans la distribution des aides, pour que ce soit conditionné à la stabilisation de la production", a-t-il plaidé.

Après avoir augmenté de 2% en 2015, année de la suppression des quotas, la production laitière a encore progressé de 5% en janvier selon la FNCL, une estimation similaire à celle de la Commission européenne. Les Etats-membres se sont accordés mi-mars sur de nouvelles mesures pour tenter de répondre au désarroi des agriculteurs, en particulier un feu vert donné à des limitations temporaires de la production de lait dans l'optique d'endiguer la chute des prix.

Blocage complet

Les éleveurs français ont fait savoir qu'ils y étaient prêts, à condition de ne pas être les seuls en Europe. Mais, lors des contacts initiés par la FNCL, l'Irlande et les Pays-Bas "font des réponses qui ne laissent aucun doute" sur leur intention de continuer à augmenter leur production, assure M. Chargé. La FNCL fonde donc ses espoirs sur un accord avec l'Allemagne, où, après des mois de "blocage complet", "les lignes bougent" avec un appel des autorités des Länder de l'est à stabiliser la production.

M. Chargé espère un "impact psychologique" de la réunion des acteurs de la filière laitière européenne prévue le 25 mai, à l'initiative de la commission agriculture du Parlement européen, même si "on n'aura pas d'effet direct et d'impact conséquent sur le marché". En France, le prix du lait payé aux éleveurs a chuté de 8% entre janvier 2015 et janvier 2016, où il atteignait 288 euros les 1.000 litres, selon la FNCL.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires