Lait: les producteurs et Système U affichent une union sacrée

AFP

Lait: les producteurs et Système U affichent une union sacrée

Les producteurs de lait et le patron de la chaîne de supermarchés Système U se sont efforcés d'afficher une union indéfectible, mardi à Paris, dans une opération bien rodée, lors de laquelle ils ont demandé une meilleure "répartition de la valeur" du lait.

"Serge", "Cher Christophe": durant une heure et demi, Serge Papin, PDG de Système U, et Christophe Roquefeuil, président de la FNPL (poducteurs de lait) ont affiché une entente sans faille, pour mettre la pression sur les coopératives et sur les pouvoirs publics, à quelques semaines d'Etats généraux de l'alimentation, pour que la loi LME (qui régit les négociations commerciales entre distributeurs et industriels) soit modifiée.

"L'objectif pour nous, aujourd'hui, c'est de comprendre si notre vrai relais que doit être la coopération est capable de ramener du prix au producteur de lait car depuis quasiment deux ans et demi nous sommes dans une crise importante", a déclaré en préambule M. Roquefeuil, qui souhaite que la filière laitière française "fonctionne".

"Ce qu'on vient chercher ici, Serge, c'est de savoir si vraiment Système U aujourd'hui est à nos côtés", (...) est-ce que c'est du gagnant gagnant pour tout le monde, sinon la filière laitière va être (mise) à mal" ?, a déclaré M.Roquefeuil à l'entrée d'un magasin au coeur de Paris, escorté par une demi-douzaine de producteurs, devant de nombreux journalistes.

"Système U est aux côtés des producteurs, le fait que je sois là le prouve", a clamé Serge Papin, qui souhaite montrer qu'il joue le jeu. "La loi Sapin 2 permet, au moment des négociations, de garantir un prix minimum", a rappelé M. Papin, avant de poursuivre, papier à l'appui, "nous avons donné dans la négociation qui s'est clôturée fin février la capacité d'un paiement de 35 centimes (le litre, contre 31 avec d'autres distributeurs, ndlr) au producteur, ça c'est concret, c'est immédiat". "Il faut modifier la loi LME ", a déclaré M. Papin, dénonçant "la loi du plus fort", et une "négociation dans le rapport de force, avec un transformateur qui se retourne contre le producteur qui devient la variable d'ajustement".

"Il faut maintenant que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités et changent le dispositif parce qu'autrement, le rapport de force va durer et au nom de la guerre des prix, au nom du pouvoir d'achat, on va sacrifier tout un pan de notre économie dans l'agro, dans l'agri, comme on a sacrifié il y a quelques années l'industrie textile", a averti, solennel, M. Papin, qui estime que "les consommateurs comprennent que la filière, si elle se détruit, c'est eux qui vont payer plus tard".

Sur le même sujet

Commentaires 3

eleveurlait

Peut-on faire plus démago que Michel Edouard Leclerc ? Bien sur nous avons Serge Papin !!

fairytales

j aime quand on veut faire croire que non les pauvres consommateurs ne peuvent pas mettre 9 centimes de plus , que leclerc ne peut pas faire l'effort pour diminuer la hausse au consommateur de prendre 4 cts a sa charge , et que l'indus ne peut pas se privé de 1 ou 2 cts .... pendant ce temps les agriculteurs ne disent plus rien.... alors tout est donc perdu, gloire aux pendus

MARBRE3295

encore une fois On marche sur la tete

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires