Le comté prépare l'évolution de son cahier des charges

Costie Pruilh

Le comté prépare l'évolution de son cahier des charges
Le comté fait évoluer son cahier des charges pour rester en phase avec les attentes sociétales. - © Cidil - Archives

Limiter l'affouragement en vert, favoriser le pâturage... font partie de la liste des mesures.

Un marché de 58 000 tonnes

"Sur les 58 000 tonnes de comté vendues, celles de meules (20 000 t) et de quart de meules (10 000 t) à la coupe stagnent ; les ventes de plaquettes pèsent 25 000 t ; et le râpé, qui valorise bien, représente 3 000 t", indique Claude Vermot-Desroches, président du CIGC, l'ODG (organisme de défense et de gestion) du comté. 10% des ventes sont réalisées à l'export ; "il y a un vrai potentiel".

En 2017, les conditions climatiques ont fait que le lait et donc les fromages ont manqué pour satisfaire la demande, d'où une baisse des ventes. Début 2018, le marché est plus équilibré. En 2017, les ateliers ont pu rémunérer les producteurs à plus de 530 €/1000 l.

"Dans les filières conventionnelles, ils veulent tous faire du "sans OGM", du "pâturage"... Or, cela fait partie des promesses du comté. Nous devons rester attentifs à ne pas nous faire concurrencer. Dans notre filière comté, on voit l'affouragement en vert progresser, la taille des troupeaux augmenter. Et quand des résultats de qualité de l'eau se dégradent, nos élevages sont montrés du doigt. Il faut faire attention à notre image ; c'est elle que nous vendons à travers nos fromages !", rappelle Claude Vermot-Desroches, président du CIGC, le Comité interprofessionnel de gestion du comté.

Comment limiter la taille des exploitations ?

Après une année de travaux, le CIGC s'est prononcé en faveur d'une première liste de mesures, qui figureront dans le prochain cahier des charges. Elles restent à préciser et à être votées en assemblée générale. Elles seront alors proposées à l'Inao, "puis suivra une période d'échanges entre les administrations françaises et européennes, avant une publication espérée en 2020".

Voici quelques exemples de mesures:

- Le CIGC souhaite limiter la taille des exploitations, mais il reste à  trouver la façon d'exprimer cette limite.

- Un minimum de 5 espèces prairiales dont 3 graminées et 2 légumineuses sera exigé pour augmenter la qualité des prairies semées.

- Pour améliorer l'autonomie alimentaire des exploitations et s'adapter au changement climatique, une nouvelle catégorie de fourrage sera créée : "les fourrages complémentaires". Elle comprend les plantes cultivées en pure ou en mélange jusqu'à 4 espéces : graminées, légumineuses, betterave fourragère, luzerne... La surface des fourrages complémentaires sera plafonnée à 20% de la SAU de chaque exploitation (cultures dérobées non concernées). Cette mesure remplacera la limite actuelle à 15% de la surface en culture pure.

Optimiser les effluents d'élevage et limiter les pertes dans l'environnement

- Un plan d'épandage individuel sera obligatoire. Les épandages de lisier seront possibles à partir d'un cumul annuel de températures positives de 200°C. Et il sera interdit de détruire les prairies avec des produits chimiques de synthèse.

- Les vaches devront disposer de plus de 50 ares de pâturage accessibles autour du point de traite. Il reste à définir la distance maximale entre l'entrée des parcelles et le point de traite.

- Tous les animaux du troupeau laitier de plus d'un an doivent aller au pâturage dès que les conditions le permettent.

- L'affouragement en vert sera interdit avant le 1er juin et limité à un cumul de 75 jours annuels, avec des périodes qui restent à définir. Le maïs en vert est géré dans le cadre de l'affouragement en vert.

- Pour préserver l'attention accordée individuellement à chaque animal, certains gestes de la traite doivent rester manuels : nettoyage, connexion des faisceaux trayeurs, élimination des premiers jets.

Pour rappel, le comté, c'est 2600 exploitations pour 702 millions de litres.

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires