Le prix du lait "n'est pas à un niveau suffisant" (Jacques Mézard)

Lise Monteillet

Le prix du lait "n'est pas à un niveau suffisant" (Jacques Mézard)

Au terme d'une journée d'actions, une délégation de la FNPL a rencontré le ministre de l'agriculture. 

Le prix du lait « n’est pas à un niveau suffisant », a déclaré le ministre de l’Agriculture, à l’issue de sa rencontre avec la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). Cette réunion s’est déroulée au terme d’une journée mouvementée. Plusieurs coopératives ont été bloquées par des exploitants en colère. Alors que le prix du beurre est en nette augmentation, les éleveurs protestent contre une revalorisation insuffisante du prix du lait.

Le ministre de l’Agriculture invite les transformateurs et les distributeurs à « prendre davantage en considération l’intérêt des agriculteurs, dans l’intérêt général ». « Nous allons mettre en place les états généraux de l’alimentation (…) La question du juste prix payé sera traitée en priorité », a –t-il ajouté.

« Rappeler les uns et les autres à la sagesse »

Pour répondre à la crise immédiate, Jacques Mézard a annoncé la saisie du médiateur. « Ce n’est pas le Gouvernement qui fixe les prix. Mais il est là pour rappeler les uns et les autres à la sagesse », a-t-il souligné. « J’ai la volonté d’y arriver, c’est un objectif politique important présent dans le programme d’Emmanuel Macron », a-t-il précisé. Pour éviter une nouvelle crise du lait, Jacques Mézard a également plaidé pour « une gestion prudente » des stocks à l’échelle européenne.

« Préparer les états généraux »

Thierry Roquefeuil, le président de la FNPL, a rappelé l’objectif des actions menées ces derniers jours devant des laiteries. Le syndicaliste souhaite ainsi « interpeller les coopératives pour qu’elles demandent le bon niveau de prix aux distributeurs ». Le producteur de lait réclame aussi une meilleure application de la loi Sapin 2, censée garantir une plus grande transparence autour des négociations commerciales. Il a enfin insisté sur la nécessité de « mettre l’interprofession au travail pour préparer les états généraux »

Sur le même sujet

Commentaires 6

@a

les liberaux te diront que c'est parceque le marché n'est pas totalement libre

a

Prix du lait, mai 2017 en Allemagne : 334.9, à votre avis est-ce que Merkel va trouver intolérable (comme Sarkozy) que le prix du lait ne soit pas compétitif? ou est-ce qu'elle va ce dire que cela re-solvabilise les banques fédérales?

a

La théorie: marché régule f'offre demande, la pratique: une variation de 2.5% de la demande sur le beurre abouti à une variation de 100% du prix... conclusion: le marché dérégulé amplifie toute les crises, les libéraux sont des idéalistes incapables de tenir compte du réel.

59

les manifs reprennent après 2 ans de silence alors que les prix étaient bien plus bas que ça! maintenant que les dirigeants syndicaux ont fait le ménage et qu'ils commencent a tirer la langue ils se mettent a bouger! les prix du lait vont remonter et ils vont sortir que c'est grace a eux. quelle mise en scène!!!

baobab


parole et parole et encore des paroles

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires