Le syndicat départemental de la race montbeliarde se porte bien

UAR (L'Union Agricole et Rurale) 15 .

Le syndicat départemental de la race montbeliarde se porte bien

Le cheptel cantalien passe la barre des 20 000 bêtes contrôlées et des 6 000 litres par vache.

Les résultats sont là. La race montbéliarde poursuit sa progression dans le Cantal comme l’a souligné l’assemblée générale du syndicat départemental qui s’est tenue mardi 8 septembre à Arches. Le syndicat recense ainsi 166 adhérents (20 de plus que l’an dernier avec un nombre de sympathisants lui aussi en augmentation) et 20 055 vaches inscrites au Contrôle laitier en 2014 contre 19 071 en 2013. Cerise sur le gâteau, la production par vache passe de 5 819 litres à 6 010 pour un TP de 32,7 au lieu de 32,6.

Michel Souton, Jean-Michel Cussac et Joël Guillemin ont constaté le dynamisme des éleveurs cantaliens de race montbéliarde.

Nouvelle équipe

“Le syndicat se porte bien…,  malgré le changement de président”, a constaté Jean-Michel Cussac, avec un sourire. Il est à la tête des éleveurs cantaliens de race montbéliarde depuis le 12 novembre 2014. Malgré le contexte économique et la sécheresse, Jean-Michel Cussac veut garder le moral tout en déplorant le manque de visibilité pour la profession et en constatant l’augmentation du nombre d’annonces de troupeau à vendre. Sans transition, il a demandé une minute de silence à la mémoire de MM. Pascal(1) et Buchon, deux éleveurs qui ont marqué le syndicat. Après une rapide présentation à l’attention de ceux qui ne le connaissaient pas encore, Joël Guillemin(2) a retracé les grands moments de l’année écoulée. Une année qui s’est révélée particulièrement riche en manifestations. Il a ainsi évoqué la participation des éleveurs cantaliens au Sommet de l’élevage, au Show open génisses à Saint-Flour ou à l’Eurogénétique d’Épinal. Ce dernier rendez-vous constituait un véritable évènement quand on sait que les Cantaliens ne s’y étaient pas rendus depuis 1998. De surcroît, ce déplacement n’a pas handicapé les comptes du syndicat et laisse même apparaître un bénéfice de 100 €. De même, le trésorier, Michel Souton, a conclu cet exercice avec un solde positif de 3 011 € pour un total de dépenses de 10 140 €. Au cours de cette assemblée générale, les six administrateurs parvenus en fin de mandat ont été reconduits à l’exception de Claude Combe qui a souhaité céder sa place à son fils, Pascal.

Rendez-vous en perspective

Outre les comices qui se sont tenus les 12 et 13 septembre à Chalinargues et Neuvéglise, le syndicat se prépare pour le concours du 8 octobre au Sommet de l’élevage(3). Dix-huit places sont disponibles. Fin août, la commission de tri a pré-sélectionné le double d’animaux.  Elle affinera son choix les 28 et 29 septembre. Le Show open génisses se tiendra à Feurs (42) les 30 et 31 octobre(3). Enfin, le Départemental est programmé pour le 4 avril 2016. L’assemblée générale s’est poursuivie par une intervention sur la mammite clinique (voir encadré) puis, c’était au tour des techniciens d’Umotest-UALC et de Jura Bétail de passer au crible les catalogues des taureaux disponibles en insémination artificielle. Après le repas, les adhérents étaient conviés à découvrir l’élevage du Gaec de Lanau. Les éleveurs avaient pris soin de numéroter chaque bête et de les marquer d’une couleur distinguant les trois familles du cheptel : Extrafin (2011) / Glaçon (2013), Génotop (2013)  et Harch (2014).

(1) Il fut le premier président du syndicat. (2) Directeur de Cantal conseil élevage, il a pris les fonctions d’animateur du syndicat en novembre à la suite de François Fayolle. (3) Sous réserve du maintien de ces concours.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires