Les bienfaits de la graine de lin confirmés

Emeline Bignon

Les bienfaits de la graine de lin confirmés
- © Jean-Charles Gutner

Une vaste étude épidémiologique confirme que la graine de lin est bénéfique sur la production et la fertilité, en conditions réelles d'élevage.

Menée par Valorex et l'UMR Oniris-Inra Bioepar dans le cadre d'une thèse, une étude épidémiologique de vaste ampleur a évalué l'impact de l'utilisation de la graine de lin sur les performances de production et reproduction. L'étude a croisé les données de livraison d'aliments contenant de la graine de lin de 1204 troupeaux avec les résultats de performances individuelles issus des bases de données nationales (performances de production, reproduction...), et les a comparées à une référence sans complémentation en lin. Les données alimentaires ont été collectées par Valorex et une vingtaine de partenaires fabricants d'aliments.

Un effet positif sur la fertilité même à faible dose

« Plus la dose de graines de lin distribuées est élevée, plus l'effet sur la production est important, jusqu'à 1,3 kg de lait supplémentaire, indique l'étude. Toutefois, une dose inférieure à 50 g/VL/j n'apporte pas d'effet significatif. Les effets sont plus marqués sur les vaches de trois ou quatre lactations. » Sur les taux, l'apport de graines de lin a peu d'effets sur le TP. Par contre, un effet dilution est observé sur le TB : il baisse à mesure que le dosage du lin augmente dans la ration. « Cette réduction du TB constatée ici se révèle néanmoins inférieure à la baisse généralement constatée lors des expérimentations », précise l'étude. Et côté repro, l'effet est positif quelle que soit la dose apportée. Même à partir de 27 g/VL/j, l'impact sur la fertilité est significatif avec cinq jours d'écart entre le vêlage et l'insémination fécondante.

Mais qu'en est-il de l'impact économique ? La graine de lin extrudée coûte cher, le surcoût alimentaire s'élève à 0,38 €/VL/j par kg de lin. Jusqu'à un certain dosage (environ 300 g/VL/j), l'étude révèle qu'un bénéfice est possible pour l'éleveur. "Pour un troupeau de 50 vaches laitières à 9000 litres, le bénéfice annuel est de 79 euros en introduisant 27 g de lin/VL/j et de 1 505 euros avec 173 g/VL/j."

(1) Calculé pour une substitution de 1 kg de produit Valorex à 0,54 €/kg (moyenne 2008 à 2017) ; à 1,3 kg d'un mélange tourteau de soja-blé.

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 6

ann

Merci pour vos commentaires! Pensons par l'herbe! les taux d'omega 3 sont très nettement supérieurs encore à ceux avec adjonction de lin Valorex (etude Inra ...un peu confidentielle).Mais par contre ne vous attendez pas à être reconnus par Blanc bleu coeur!!!

GG

Etude financée par VALOREX...Plus la dose de lin est élevée, plus Valorex s'engraisse. Ouvrons les yeux!

nico

Bravo! vous avez tout résumé à mes yeux. C'est comme ci on provoquait une infection (ration maïs ensilage en plat principal) et on venait de trouver un "ali-cament": LE LIN.
On vous dit surtout continuez avec votre système, nous (valorex) on assure vos arrière. Vive Blanc-bleu-cœur!!!!!!! Il y a une autre solution qui résout les problèmes de fond, ce sont les systèmes basés sur l'autonomie alimentaire autour de l'herbe. Ca fait un peu bobo, j'avoue! Mais depuis cette recherche sur mon exploitation je livre 1000 litres de lait par vache en moins mais 420€ de charge en moins par vache. Par contre il faut gérer sur une globalité et faire attention à une année de sécheresse comme cette année. Il faut quand même faire du stock; mais d'herbe!

invictus

tout est bon pour nous vendre des aliments qui coûtent les yeux de la tête.. et l'impact économique il est où.. amélioré la technicité peut parfois coûter plus cher que cela ne rapporte.
malheureusement l'estampille "INRA" ne vaut plus grand chose quand les études sont financées par les vendeurs de rêves et d'accord avec DD l'herbe sous ses diverses formes est aussi une source économique d'oméga3 et d'acide gras polyinsaturés mais malheureusement elle ne fait pas vivre les grosses boîtes d'aliments

MONARDE1686

Bref, retenons qu'il faut amener une diversité, une qualité et une quantité alimentaire satisfaisante pour le bonheur de tous.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires