Les marchés laitiers repartent à la hausse

Propos recueillis par P. Olivieri

Ralentissement de la collecte et remontée des cours confirmés par le Cniel cet été.

Les marchés laitiers repartent à la hausse

Économiste au Cniel (interprofession laitière nationale), Benoît Rouyer livre son analyse de la conjoncture laitière de cette fin d’été.
Les producteurs de lait vivent dans l’inquiétude d’un recul du prix du lait. D’ailleurs, le groupe Sodiaal vient d’annoncer à ses producteurs une baisse dès septembre en raison “de la forte collecte mondiale”. Qu’en est-il justement de la production ?
Benoît Rouyer : “La production de lait de vache est un peu moins dynamique en France depuis le début de l’été. Selon France- AgriMer, elle a reculé d’un peu plus de 1 % en juillet et on s’attend à une baisse à peu près équivalente au mois d’août. Malgré tout, la collecte en cumul sur les sept premiers mois de l’année 2012 reste supérieure de 1,7 % à celle de la même période de 2011. Le ralentissement observé cet été en France se retrouve dans d’autres parties du monde, c’est le cas notamment en Europe, au Royaume-Uni, en Irlande, aux Pays-Bas ou en Pologne. Ce ralentissement apparaît également aux États-Unis où la production laitière avait été pourtant très dynamique depuis deux ans. On y voit depuis le début de l’été un léger fléchissement dû à la terrible sécheresse qui sévit dans le pays, en particulier dans l’Ouest, et qui a amené un certain nombre d’éleveurs à abattre une partie de leur troupeau. Le ministère de l’Agriculture américain a d’ailleurs revu à la baisse ses prévisions : en mai, il tablait sur une croissance de 2,9 % de la production sur l’ensemble de l’année 2012 ; actuellement, il annonce + 1,9 %. Compte tenu des abattages actuels, il considère même que la production laitière américaine va reculer en 2013 de l’ordre de 0,5 %”.

Comment réagissent les marchés à ces évolutions ?
B. R. : “Ce ralentissement de la collecte s’accompagne d’une remontée des cours des produits laitiers depuis le mois d’août, c’est particulièrement net pour la poudre de lait et ce mouvement devrait perdurer dans les prochains mois. En conséquence, on s’attend à ce que le prix du lait sur l’ensemble de l’année 2012 soit en léger recul par rapport au niveau élevé de 2011. Cette baisse serait de l’ordre de 3 à 4 % soit - 10 à - 15 € aux 1 000 litres. Malgré tout, les éleveurs traversent une période délicate en termes de trésorerie avec un indice Ipampa qui a atteint un nouveau record en juin 2012. En conclusion, je dirais que nous sommes dans un nouveau cycle de hausse des produits laitiers. En parallèle, les charges des producteurs augmentent, ce qui pèse sur les marges des exploitations laitières”. .
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires