Note de conjoncture - Secteur lait : Redressement de la collecte par rapport à la semaine dernière.

FranceAgriMer

Pour la semaine du 22 au 31 mai, la collecte française progresse de 1,6 % comparée à celle de la semaine précédente qui avait été fortement perturbée ( 7,7 %) par la crise sur le prix du lait. Elle porte sur 445 millions de litres contre 438 millions. D' importants reports de collecte ont été observés dans la région Pays de Loire qui passe de 22,2 % à + 25,1 % d'une semaine sur l'autre. Par rapport à la même période de 2008, la collecte est en recul de 3,9 % et se situe à 1,8 % en dessous du profil moyen des dix dernières années. Les deux principales régions de production sont à nouveau en fort retrait : 7 % dans les Pays de Loire, 5,9 % en Bretagne. D'autres régions connaissent des retraits comparables : 6,1 % en Rhône-Alpes, dans le Centre et en Auvergne-Limousin, 5,1 % en Franche-Comté.
Pour la campagne 2008-2009, le déficit de production calculé par rapport au quota national serait supérieur à 1,1 million de tonnes, soit la plus forte sous-réalisation depuis l'instauration des quotas (1984).

Sur le marché du beurre frais, les prix d'achat remontent légèrement, mais, selon les experts, les perspectives restent incertaines. Si la France (comme l'Allemagne et les Pays-Bas) n'a offert aucune quantité à la dernière adjudication pour l'intervention publique, c'est que les entreprises sont en train de constituer leurs stocks pour le second semestre. La cotation nationale, après 24 semaines de reconduction, progresse de 10 €, à 2.160 € la tonne, en attendant de voir comment vont évoluer les facturations des entreprises. La cotation allemande remonte de 35 €, à 2.210 € la tonne, tandis qu'aux Pays-Bas elle est inchangée à 2.190 € la tonne.
Au 02 juin, les stocks communautaires portent sur 68.887 tonnes de beurre d'intervention, 88.489 tonnes de beurre en stockage privé et 136.250 tonnes de poudre en stock public.

En ce qui concerne le marché des protéines, les cours du lactosérum en poudre sont nettement orientés à la hausse : 435 € la tonne, soit + 45 € en une semaine. La poudre de lait écrémé destinée à l'alimentation animale ne fait pas l'objet de cotation, mais l'estimation de FranceAgriMer est à 1450 € l tonne.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires