Note de conjoncture - Secteur lait : Un marché du beurre frais soutenu par l'intervention.

FranceAgriMer

Dans la plupart des principaux pays producteurs de l'UE, la campagne 2008-2009 se traduirait par une sous réalisation du quota. Selon ZMP, pour l'ensemble des Etats-membres, celle-ci pourrait être d'environ 5 millions de tonnes. Elle s'explique d'abord par la baisse importante du prix du lait payé aux éleveurs.

L'estimation de FranceAgriMer pour le mois de mars fait apparaître une baisse de la collecte française de 8,2 %. La sous-réalisation du quota national pourrait être de 1 225 000 tonnes, dont 605 000 tonnes liées aux 2,5 % de quotas supplémentaires récemment attribués.

Sur le marché du beurre frais, les prix d'achat, selon les experts, se situeraient entre 2110 et 2120 € la tonne. Mais le marché est soutenu par l'acheteur principal qui est l'intervention publique, à 2200 € la tonne (prix retenu par la Commission pour les 2 premières adjudications). Si on soustrait les coûts du stockage public, les 2200 € seraient relativement comparables aux 2100 € du secteur privé. La cotation nationale est reconduite à 2150 € la tonne. En Allemagne, elle est également stable à 2175 € la tonne et à 2160 € aux Pays-Bas.
Les stocks communautaires portent actuellement sur environ 120 000 tonnes au total, dont 68 500 en stockage privé et 50 277 en stockage public.

Sur le marché des protéines, les cours du lactosérum en poudre sont en baisse de 20 €, à 360 € la tonne. Ceux de la poudre de lait écrémé destinée à l'alimentation animale n'ont pas fait l'objet de cotation.
La Commission a annoncé la fermeture des achats à l'intervention à prix fixe pour la poudre de lait écrémé et l'ouverture des achats par voie d'adjudication (la première est fixée au 23 avril prochain).

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires