Note de conjoncture - Secteur lait : Une collecte française toujours élevée comparée à 2007.

Office de l'Elevage / DEP

En France, pour la semaine du 14 au 20 juillet 2008, la collecte laitière reste élevée, puisqu'elle enregistre une hausse de 3,9 %, comparée à celle de la même semaine en 2007. La progression est du même ordre de grandeur que les semaines précédentes. Depuis le début de la campagne, 335 millions de litres supplémentaires ont ainsi été collectés. D'une semaine sur l'autre, la collecte poursuit sa baisse saisonnière, avec un recul de 0,9 %, pour un volume de 395 millions de litres. Mais le fléchissement de la courbe baissière laisse penser qu'on pourrait être au début du creux saisonnier de la production. En évolution annuelle la collecte reste importante dans les grands bassins de production : +4,8 % en Bretagne, +6,5 % dans les Pays de la Loire, +4,2 % en Basse-Normandie et +4,7 % en Haute-Normandie. Seules 3 régions sont en situation négative. L'estimation de l'Office de l'élevage pour le mois de juillet conduit à une augmentation de la collecte de 3,8 %.

Le marché du beurre frais se caractérise toujours par la faiblesse des volumes traités et des prix qui, selon les experts, seraient plutôt orientés à la baisse, même si l'enquête de l'Office de l'élevage fait ressortir une moyenne significative de2.728 € la tonne, soit une hausse de 57 € par rapport à la semaine précédente. La cotation nationale est reconduite à 2270 € la tonne pour la quatrième semaine consécutive. Les cotations allemande et néerlandaise sont toutes deux en recul ; de 10 € pour la cotation allemande, à 2950 € la tonne et de 40 € pour la cotation néerlandaise, à 2.850 € la tonne.

En ce qui concerne le stockage privé de beurre, le stock résiduel de l'UE est de 131.554 tonnes, soit 31 % de plus qu'en 2007. La moitié du stock correspond à des entrées néerlandaises. En France, les quantités stockées portent sur 32 635 tonnes, soit une hausse de 42 % par rapport à la même période de 2007.

Sur le marché des protéines, les prix du lactosérum en poudre sont orientés à la baisse : de 10 €, à 400 € la tonne. La poudre de lait écrémé destiné à la consommation animale ne fait toujours pas l'objet de cotation.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires