Poudre de lait : Des contrats à terme accessibles aux industriels, pas aux éleveurs

Annick Conté

Nyse Liffe a annoncé au Space que son contrat à terme européen sur la poudre de lait écrémé serait lancé le 18 octobre. Il sera suivi au 1er trimestre 2011 de deux autres contrats sur le beurre et la poudre de lactosérum.

Le contrat poudre permettra aux industriels laitiers de se couvrir sur le prix de la poudre jusqu'à 18 mois, a expliqué Nicholas Kennedy de Nyse Liffe, premier opérateur européen de marchés à terme agricoles, lors d'un colloque au Space le 15 septembre. Toute perte ou gain sera compensée lors de la vente sur le marché physique. » Autrement dit, il permettra aux industriels de se protéger d'une forte variation de prix. Le principe est de vendre ou acheter, par exemple dans six mois, de la poudre à un prix que l'on s'est fixé.
« Il s'agit d'un contrat avec possibilité de livraison car ce mécanisme permet d'assurer une corrélation optimale entre le marché physique (réel) et le marché à terme (virtuel), a-t-il souligné. Même si en réalité moins de 3 % des contrats à terme aboutissent à une livraison physique, ceci est indispensable car il n'existe pas en Europe de prix de référence. » Cette possibilité de livraison explique, d'après Nyse liffe qu'il ne soit pas possible aujourd'hui de mettre en place en Europe un contrat sur le lait liquide (périssable), alors qu'il en existe aux États-Unis.

Les éleveurs bénéficieront indirectement du marché à terme, car les marchés de la poudre et du lait sont corrélés. (DR)

Les éleveurs bénéficieront indirectement du marché à terme, car les marchés de la poudre et du lait sont corrélés. (DR)

Le marché à terme va créer un prix de référence en Europe

Une précision qui a son importance car les éleveurs européens (vendeurs de lait liquide) se voient quasi exclus des marchés à terme, au moins pour un certain nombre d'années, le temps qu'un prix de référence se mette progressivement en place. « Nous allons devoir encore subir », s'est insurgé Cyril Aubrée, producteur de lait et viande lors d'une table ronde. Le contrat porte par ailleurs au minimum sur 24 tonnes (soit environ 250 000 litres en un mois) l'équivalent d'un camion de poudre, ce qui exclut un producteur seul.
« Même si les producteurs n'auront pas un accès direct à ces marchés à terme, ils bénéficieront indirectement de ces outils de couverture du fait de la corrélation entre les marchés de la poudre et du lait, s'est défendu Nicholas Kennedy. Le marché à terme va apporter des références européennes de prix qui seront accessibles à tous. Cet avantage indirect pour les éleveurs va se faire mais cela prendra du temps ». Mathieu Pacton, consultant pour Offre et demande agricole (ODA) est allé dans le même sens : « le marché à terme crée de la transparence sur les prix et de la lisibilité. »

Gérer la volatilité en fixant les prix à l'avance

Les contrats à terme n'empêcheront pas le prix du lait de baisser et ils ne remplaceront pas une politique de soutien. Mais selon ODA, « ils permettront à la filière de gérer la volatilité des prix en disposant d'outils de fixation des prix à l'avance, et par ce biais de lisser les prix ». Encore faudra-t-il savoir les utiliser. D'où la nécessité d'une formation solide des utilisateurs « pour comprendre les marchés afin d'anticiper les tendances et évaluer les risques de hausse et baisse, ce qui peut prendre quatre-cinq ans ».
Gérer la volatilité des prix représente un enjeu très important pour les éleveurs et les industriels. Pour un éleveur laitier produisant 300 000 litres de lait par an vendu 300 euros/1000 litres, une volatilité de 10 % se traduit par 9000 euros de gain ou de perte et une volatilité de 25 % par 25 000 euros. Actuellement, la volatilité des cours représente 9 % en Europe contre 26 % en Nouvelle-Zélande, et elle risque fort d'augmenter.
Reste que les investisseurs financiers sont indispensables au bon fonctionnement d'un marché à terme. Les spéculateurs ne risquent-ils pas d'amplifier les hausses et baisses de prix ?

Source Réussir Lait Octobre 2010

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires