Prix du lait : Les distributeurs ont tenu leur engagement

Prix du lait : Les distributeurs ont tenu leur engagement

Les engagements pris fin juillet sur la hausse des prix d'achat du lait ont été tenus, mais les transformateurs peuvent faire un effort supplémentaire, selon le médiateur des relations commerciales agricoles, dont le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a appelé jeudi à "suivre les recommandations".

Les distributeurs "ont tenu scrupuleusement leur engagement de revalorisation" auprès des industriels et "les transformateurs ont strictement répercuté aux éleveurs (ces) bonifications tarifaires", dont "le produit est compris entre 50 et 80 millions d'euros", estime le médiateur dans un bilan diffusé par le ministère.

La hausse de 3 à 4 euros par tonne de lait négociée le 24 juillet pour certains produits de marque distributeurs (MDD) ou premier prix a donc "conduit à freiner la baisse des prix", affirme M. Le Foll dans un communiqué. "On est resté au-dessus de 30 centimes d'euro" alors que "la moyenne européenne est entre 27 et 28 centimes", a précisé le cabinet du ministre à l'AFP.

Un retournement des marchés envisagé à la mi 2016

Dans un contexte de baisse des cours lié à la surproduction mondiale et dans l'attente d'un "retournement des marchés internationaux envisagé à la mi- année 2016", le médiateur préconise de prolonger les engagements des distributeurs "en 2016 et aussi longtemps que nécessaire".

Les industriels sont par ailleurs priés de "faire un effort sur le prix payé au producteur sur le dernier trimestre", ajoute le ministre, alors que le médiateur observe que "les tarifs de vente aux distributeurs ont beaucoup moins baissé que les prix payés aux éleveurs" depuis le début de l'année et recommande "la redistribution d'une partie des profits réalisés".

"Ce sera probablement facile dans certaines entreprises qui voudront jouer le jeu et encore une fois très compliqué chez les grands leaders cupides et méprisants", a commenté André Bonnard, secrétaire général de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL).

"On n'aborde pas le problème pour le résoudre sur le long terme", a regretté Véronique Le Floc'h, présidente de l'Organisation des producteurs de lait (OPL, affilié à la Coordination rurale), pour qui "le défi aujourd'hui c'est de réduire la production" à travers une "responsabilisation des marchés".

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

43

AH BON et bien toujours pas de répercussion pour nous,peut t'on avoir plus d'info,sinon je vais vraiment finir par croire qu'on nous prend pour des c..s? merci

59

c'est vraiment prendre les gens pour des c..s. qui a vu la trace de ces "efforts"??

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires