Prix du lait : Vers une nouvelle vague de protestations

SC avec AFP

Les principaux syndicats agricoles se réuniront mercredi afin de décider des prochaines actions pour protester contre l'échec de l'interprofession à s'entendre sur le prix du lait.

Les producteurs, ont multiplié les actions ces derniers jours un peu partout en France, estimant que l'amélioration des marchés laitiers par rapport à l'an dernier devrait se traduire par une augmentation du prix auquel les industriels leur achètent le lait.

L'interprofession échoue depuis juin à s'entendre sur les prix à appliquer au troisième trimestre, alors que les cours, qui s'étaient écroulés au printemps 2009, se redressent. Le lait est actuellement payé 303 euros les 1.000 litres, contre 290 l'an dernier à la même époque, mais les producteurs réclament 321 euros.

Lundi, les manifestations de producteurs ont notamment touché la région Midi-Pyrénées où les éleveurs se sont mobilisés devant les préfectures départementales pour demander à l'État d'appliquer les « accords de juin 2009 » et dénoncer le refus des industriels d'augmenter suffisamment le prix du lait.


A Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), une quinzaine de producteurs ont apposé des autocollants avec la mention « cette marque paie mal les producteurs de lait ! » sur les produits laitiers des entreprises Lactalis, Bongrain et Bel. Environ 150 producteurs de lait ont également manifesté dans la nuit de mardi à mercredi à Changé, dans la périphérie de Laval.

La réunion de mercredi à laquelle sont attendus les principaux responsables de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), des Jeunes Agriculteurs et de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) pourrait être le coup d'envoi d'une nouvelle vague de protestations.

L'Apli, à l'origine de la grève du lait en 2009 a décidé de laisser faire les syndicats dits «représentatifs» (FNSEA, JA, FNPL, Ndlr). « On va voir s'ils sont capables d'engager une grève du lait et là, nous, on suivra », a déclaré Pascal Massol, président de l'Apli qui estime que des actions comme « verser du fumier devant les préfectures, ne changent rien ».

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires