Produits laitiers frais : une consommation en berne chez les jeunes

Produits laitiers frais : une consommation en berne chez les jeunes

Les ventes de produits laitiers frais (yaourts, crème, desserts lactés...) ont reculé de 1,5% en 2014 par rapport à l'année précédente, en raison notamment d'une consommation en berne liée à la déstructuration des repas.

1,8 milliard de tonnes de produits laitiers frais ont été vendues en 2014, pour une valeur de 4,7 milliards d'euros, a annoncé le syndicat des fabricants des produits laitiers frais, Syndifrais, lors de son assemblée générale à Paris.

"Les ventes sont en chute depuis deux ans, avec 70.000 tonnes en moins, soit l'équivalent (de la production) d'une usine moyenne", a expliqué Jérôme Servières, le président de Syndifrais. Une situation d'autant plus compliquée pour les industriels que le prix du lait a augmenté de 30% sur les cinq dernières années, tandis que le prix de vente moyen des industriels à la grande distribution n'a progressé que de 5%, a-t-il détaillé.

"Les industriels ont dû rogner sur leurs marges, à cause de la guerre des prix dans la grande distribution. La filière est sous haute pression aujourd'hui", estime-t-il.

Les exportations européennes en baisse

La consommation est en berne depuis 3-4 ans, en particulier chez les jeunes où elle a reculé de 25% en dix ans, constate Syndifrais. Ce recul est dû à "la déstructuration des repas" car les produits laitiers se mangent souvent en fin de repas, selon M. Servières.

En outre, les exportations ont reculé en 2014, surtout vers le Royaume-Uni et l'Espagne. Le solde de la balance commerciale diminue de 15%, à 667 millions d'euros.

Le salut pourrait venir des marques régionales, ou bien des produits innovants, comme les yaourts hyper protéinés lancés en 2014 par Danone (Danio) et Yoplait (Yopa), a souligné Christophe Lafougère, de la société de conseil Gira, spécialisée dans l'agroalimentaire. 12.700 tonnes de yaourts hyper protéinés se sont vendus en 2014, selon Syndifrais.

La filière des produits laitiers frais emploie 15.000 personnes dans l'industrie et 9.000 éleveurs, selon Syndifrais.

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 12

dob

Je ne crois que la question est de savoir si l'élevage doit être conservé : mais de savoir quel mode d'élevage est à conserver (et lequel est à bannir...)
Je ne crois pas que la question est de savoir s'il faut boire ou non du lait : mais de savoir quel lait et dans quelle condition et quantité. Tout comme la viande...

@@moncom

a cette époque le cerveau de ces pré "erectus" était bien plus petit, c'est notamment grâce au régime carnivore qu'il c'est développé.
Après sans critiquer les végétariens historiques (qui avaient une vrai réflexion sur l'alimentation sans culpabilisation du régime des autres), on est vraiment dans une mode, qui cache soit une anorexie, soit un rapport idéalisé à la nature, facilité par une distance profonde à cette nature (qui est devenue une sorte zoo vue d'une tour et sans connaissance de la révolution que fût la pasteurisation, la conservation, le réfrigérateur, etc...).
Les incisives ont une fonction, la culture peut leurs en supprimer l'usage, mais il n'y a pas à invoquer l'histoire des origines ou la nature, car en supprimant l'élevage c'est d'innombrables espèces liés à cette modification des chaines trophiques par l'homme qui est en jeu (bactérie du rumen des sols, parasite des animaux et des végétaux cultivés pour l'élevage, insecte ce nourrissant des fèces animales, etc...)

narthex

@moncom:vous dites:" Il faut manger de tout modestement, pour notre santé et aussi pour la pérennisation de nos exploitations."
Pour être en bonne santé, surement mais pour pérenniser vos exploitations, malheureusement, ce n'est comme ça que ça marche.....quand vous acheté une voiture et que vous choisissez une marque, ce n'est pas pour pérenniser les revenus de cette marque.... c'est parce que le modèle vous plait qu'il correspond à vos besoins et votre budget..

@moncom

une mode de ne plus manger de viande , disons qu'avant l'invention du feu et donc de la cuisson l'homme ne mangeait pas bcp de viande , concernant le lait , non le lait de vache n'etait pas l aliementaiton dominante loin de là , de fait nos organismes ne sont pas specialement adapté a ce type de nourriture et notamment les exces

Moncom

Il est temps d'arrêter toutes ces modes de ne plus manger de viande , ou de ne plus consommer lait et produits laitiers ! c'est du grand n'importe quoi ! Une amie boit un grand verre de lait chaque matin, elle a 65 ans et aucun problème de santé ! Il faut manger de tout modestement, pour notre santé et aussi pour la pérennisation de nos exploitations.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires