Races bovines : Une nouvelle dynamique collective pour la Normande

Annick Conté

L'OS Normande, réunie en AG le 18 janvier dernier, entend rassembler tous les partenaires de la race autour d'un projet collectif.
Face à l'arrivée de la génomique et au développement de la concurrence entre les unités de sélection, l'organisme de sélection en race normande veut bâtir un nouveau projet avec une vision stratégique commune. L'OS a pour cela mené un audit à l'automne 2010 ; celui-ci a fait ressortir un déficit d'image de la race auprès des éleveurs et du grand public. L'étape suivante annoncée par son président Jacques Legendre est l'élaboration d'ici septembre 2011 d'un plan d'actions. Un nouveau modèle de gouvernance s'appuiera sur trois commissions : une commission stratégie/recherche et développement, une commission développement et marketing, et une commission technique et génétique. Cette dernière sera une instance de concertation pour l'orientation raciale, et veillera à la variabilité génétique. Elle travaille déjà sur une réforme de la table de pointage et de l'ISU.

Simunor, outil lancé en 2010 pour simuler l'impact économique du passage à la race normande, connaît un franc succès, en particulier en Basse-Normandie. (S. Roupnel)

Simunor, outil lancé en 2010 pour simuler l'impact économique du passage à la race normande, connaît un franc succès, en particulier en Basse-Normandie. (S. Roupnel)

Une réforme en cours de la table de pointage et de l'ISU

Jacques Legendre a par ailleurs souligné le succès de l'outil Simunor lancé l'année dernière pour simuler l'impact économique du passage à la race normande. Près de 250 simulations ont été réalisées, principalement en Basse Normandie (avec des aides régionales reconduites en 2011) et sur des troupeaux comportant
50 à 80 % de Normandes. L'accent sera mis en 2011 sur les cheptels comportant moins de 50 % de Normandes. Au bilan de 2010 figure également le lancement du site internet www.lanormande.com, ainsi que le retour de la Normande en deuxième place dans le classement des races selon la quantité de matière utile. Difficile de passer complètement sous silence la disparition programmée du GNA, prévue début 2012. Comme il a été évoqué dans l'assistance, les éleveurs de Normandes sont très inquiets de la fin du fonds commun de semences. Depuis le 1er novembre, chaque unité de sélection a en effet repris à son compte les contrats de mères à taureaux. Une décision que les unités de sélection justifient par les changements profonds entraînés par la génomique au niveau de l'utilisation des taureaux.

Source Réussir Lait Février 2011

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires