Un bilan prometteur et des projets pour l’APLM

AUVERGNE AGRICOLE (63) journal

Un bilan prometteur et des projets pour l’APLM
Bientôt, la raclette viendra compléter la gamme Mont Lait. © MONTLAIT

MONT LAIT > À l’occasion de ses assemblées départementales, l’association a présenté le bilan de l’année et ses projets de développement pour l’avenir.

APLM

Les Assemblées départementales du Puy-de-Dôme de l’Association des Producteurs de Lait de Montagne (APLM)

Un bilan prometteur et des projets pour l’APLM

Les Assemblées départementales du Puy-de-Dôme de l’Association des Producteurs de Lait de Montagne (APLM) ont eu lieu les 12 et 13 mars. Tous les administrateurs étaient présents. «En tant qu’administrateur, notre participation est très importante », estime Éric Germain, trésorier de l’APLMC, « pour être proche des producteurs, pour répondre à leurs attentes et pour participer aux échanges, qui ont été très fructueux ». L’intérêt des producteurs reste intact, puisque le nombre d’adhérents est constant : les départs dus aux cessations d’activité laitière ou aux départs à la retraite, sont compensés par de nouvelles adhésions.

En 2017, 7 millions de litres de lait Mont Lait ont été vendus, soit 4,4 % de la production des adhérents à l’ALPM, pour un retour de 425 000€ aux 485 exploitations adhérentes. Ce niveau de retour permet une rémunération du lait vendu sous la marque Montlait à 400€/1000l. Les producteurs présents en assemblée sont repartis avec un chèque correspondant à leur part sur le retour sur les ventes.

Objectif

Pour 2019, l’objectif est de passer à 10 millions de litres. Plusieurs projets doivent contribuer à l’atteindre notamment la mise en production de la Raclette Mont Lait. Le lancement de sa commercialisation est prévu en octobre 2018, pour le Sommet de l’élevage. La raclette sera produite par la Société Fromagère du Livradois (SFL) qui a été retenue, pour sa qualité de production et son implantation en zone de montagne. Elle sera produite sous contrat de licence, comme pour le lait UHT avec Terra Lacta, permettant un retour à l’association de 10 centimes par litre de lait. Comme pour le lait, ces 10 centimes sont répartis de la façon suivante : 3centimes pour les producteurs, 3 centimes pour la communication, 3 centimes pour le surcoût de collecte en zone de montagne et 1 centime pour le fonctionnement de l’association. La marque Mont Lait utilise le terme« montagne » dont l’emploi est régi par une loi datant du 9 janvier 1985 précisée par un décret du 17 décembre 2000. Depuis sa création, l’association respecte un cahier des charges qui prévoit que le siège d’exploitation, l’élevage des vaches et l’atelier laitier de ses adhérents producteurs se situent en zone de montagne, que toutes les opérations de transformation, de fabrication, d’affinage de ses produits soient réalisées par des entreprises situées en zone de montagne, et qu’au moins 70% de l’alimentation des vaches en taux de matière sèche soit constituée de matières premières provenant de la montagne. Afin de donner plus de lisibilité au consommateur sur le produit, l’APLM projette de mettre en place une Charte pour la production de lait Mont Lait pour compléter ce cahier des charges, car il ne suffit pas d’avoir un code postal il faut aussi avoir un curriculum vitae ! 

F.A

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires