Un IFT plus faible en polyculture-élevage qu'en grandes cultures

Annick Conté

Un IFT plus faible en polyculture-élevage qu'en grandes cultures
Les indicateurs de fréquence de traitement (IFT) des cultures fourragères (maïs, prairies temporaires) sont beaucouop plus faibles que celles des autres cultures. - © Costie Pruilh

Les systèmes de polyculture-élevage sont plus économes en pesticides que les systèmes de grandes cultures. La comparaison de 385 exploitations en polyculture-élevage et de 608 exploitations de grandes cultures du réseau de fermes pilotes Dephy(1) le confirme. "Les premières ont un IFT (Indicateur de fréquence de traitement) inférieur de 43% aux secondes. Cette moyenne cache toutefois de grandes disparités", souligne l'Institut de l'élevage. Les herbicides sont les produits largement les plus utilisés (54% des phytos en polyculture-élevage, 45% en grandes cultures). Plusieurs explications sont avancées. Les assolements de polyculture-élevage sont plus favorables: les valeurs d'IFT des cultures fourragères (maïs, prairies temporaires) sont en effet bien plus faibles que celles des autres cultures (1,08 contre 3,88). Les pratiques des exploitations de polyculture-élevage sont aussi moins intensives: en polyculture, l'IFT du blé est inférieur de 16% et celui du maïs de 24%. Mais l'écart ne se retrouve que partiellement au niveau des rendements (-4% en blé et -14% en maïs). Le non labour est par ailleurs moins fréquent en polyculture: 20% en polyculture contre 32% en grandes culture. Or les systèmes sans labour consomment plus d'herbicides : en polyculture, l' IFT herbicide des systèmes sans labour est de 1,34 contre 1,18 avec labour.

(1) Réseau ayant pour finalité de tester et de déployer les techniques permettant de réduire l'usage des pesticides.

Source Réussir Lait

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires