Une "Milk Valley" dans l'Ouest de la France pour être à la pointe sur le lait

Sandra LAFFONT, AFP

Une "Milk Valley" dans l'Ouest de la France pour être à la pointe sur le lait

Le Grand Ouest de la France rêve de devenir la référence sur le lait dans le monde et a posé mercredi au salon de l'élevage la "première brique" de sa "Milk Valley", en lançant un projet de recherche sur les protéines du lait.

La "Milk Valley", c'est l'association des industriels, des chercheurs et des régions Bretagne et Pays de la Loire autour d'un même objectif: innover pour rester à la pointe dans le secteur.  L'Ouest est un des principaux bassins de production laitière en Europe, avec près de 10% de la production du continent, rappelle l'association BBA, qui regroupe les dix principaux industriels du lait dans l'Ouest (Sodiaal, Bongrain, Lactalis....).

C'est donc logiquement au Space, salon international de l'élevage à Rennes jusqu'à vendredi, qu'ils ont choisi de dévoiler le projet "Profil", première pierre de la "Milk Valley".  "Profil" pour "PROtéines Fonctionnalisées pour l'Industrie Laitière" est un projet de recherche doté de 18,4 millions d'euros sur six ans qui va débuter en 2014.

Il vise à "trouver de nouvelles propriétés aux protéines de lait", explique Patrick Herpin, président du centre Inra (Institut national de la recherche agronomique) de Bretagne et Basse-Normandie.  Les chercheurs (sept partenaires académiques dont l'Agrocampus Ouest de Rennes), avec les industriels, vont travailler sur les propriétés émulsifiantes, structurantes ou antifongiques des produits laitiers, détaille-t-il.

Un steak de lait ?

L'objectif est de trouver de nouveaux produits et usages au lait. "Si par exemple, on réussit à texturer la protéine de lait, on peut aller vers un steak de lait", raconte le chercheur.  En se penchant sur les propriétés antifongiques, "notre ambition est de faire des produits 100% lait, sans additif", à un moment où les consommateurs sont friands de produits garantis "sans" (conservateur...), surenchérit Joëlle Léonil, également chercheuse à l'Inra et coordinatrice scientifique de "Profil".

"Le consommateur ne va pas se lever la nuit pour manger du fromage... donc il faut trouver de nouveaux produits, de nouvelles circonstances de consommation", justifie Luc Castillo, directeur recherche et développement chez Entremont Alliance (groupe Sodiaal) et président du conseil scientifique de BBA.  "Non seulement il y aura des retombées directes pour les industriels, mais aussi pour les éleveurs avec une valorisation du lait comme matière première", assure Michel Morin, vice-président du Conseil régional de Bretagne, en charge de l'agriculture.

"Profil" doit aussi permettre de saisir des opportunités sur le marché mondial car la demande en produits laitiers est en pleine expansion, grâce aux pays émergents qui se mettent à manger des yaourts ou du fromage. Et l'Ouest de la France ne veut pas regarder le train passer.

 "Le lait reste le socle principal de l'agriculture en Bretagne et il faut qu'il le reste", insiste Michel Morin.  Le poids grandissant de la région dans ce secteur inquiète les éleveurs du Sud et de l'Est de la France qui voient l'industrie laitière se concentrer dans le Grand Ouest. La "Milk Valley" ne devrait pas permettre de rééquilibrer les choses.

Publié par Sandra LAFFONT, AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires