[Vidéo] Lait : échec des négociations entre Lactalis et les organisations de producteurs

Anne Sophie LESAGE

[Vidéo] Lait : échec des négociations entre Lactalis et les organisations de producteurs

Les négociations entre les éleveurs et le groupe Lactalis ont échoué dans la nuit de jeudi à vendredi, au terme de près de onze heures de pourparlers et alors que des producteurs en colère bloquent depuis lundi le siège lavallois du numéro un mondial, accusé d'acheter le lait à un prix trop faible.

 

La réunion qui se tenait à la Maison du Lait à Paris, s'est terminée par un constat d'échec dressé par le médiateur des relations commerciales Francis Amand. "Je suis très déçu sur la méthode, j'ai eu l'impression que les représentants des organisations de producteurs n'étaient pas en capacité de prendre des positions et qu'elles leur étaient dictées depuis Laval. On repart à zéro, il n'y a plus de médiation possible dans ce cadre-là", a-t-il déclaré à la presse.

Le blocus de l'usine Lactalis, qui a débuté lundi soir, va se poursuivre, a de son côté assuré à Laval le président de la FDSEA de Mayenne, Philippe Jéhan, après l'échec des négociations sur le prix du lait à Paris. "Le mouvement se poursuit. On ne sortira qu'avec une victoire", a-t-il déclaré devant la presse. M. Amand a précisé qu'il avait fait une "proposition de la dernière chance à 280 euros les mille litres" pour les cinq derniers mois de 2016, une offre qu'avait acceptée Lactalis, critiqué par la Fédération des producteurs de lait pour le faible prix offert aux éleveurs. A 256,90 euros la tonne achetée en juillet, Lactalis se trouvait effectivement loin derrière le groupe Laïta et la société Silav (290 euros la tonne) ou encore la laiterie Saint-Père, filiale d'Intermarché, qui rémunère les éleveurs 300 euros les 1.000 litres.

Visibilité

Avant les pourparlers avec Lactalis, les producteurs réclamaient "une visibilité jusqu'à la fin de l'année et un engagement écrit sur une nouvelle méthode de fixation du prix du lait", avait expliqué Florent Renaudier, producteur de lait en Mayenne et membre du conseil d'administration de la FNPL, la branche laitière de la FNSEA. "Mais les représentants des producteurs ont considéré que ce (la dernière proposition à 280 euros) n'était pas suffisant", a souligné le médiateur.

Le porte-parole de Lactalis Michel Nalet a dénoncé de son côté le rôle du syndicat agricole FNSEA qui a, selon lui, "poussé un certain nombre d'organisations de producteurs à ne pas prendre de décisions. Elle devra en assumer les conséquences". Il n'a pas donné de détails, précisant uniquement que le groupe tiendrait une réunion vendredi pour en discuter. Pour sa part, Sébastien Amand (qui n'est pas apparenté au médiateur, ndlr), vice-président de l'organisation de producteurs de lait de la Manche, a estimé qu'il y a "encore un espace de discussion possible dans les heures ou les jours qui suivent".      

Retrouvez notre reportage tourné lundi 22 août à Laval :

 

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 6

@unika

pourquoi demissionner? tu as deja vu un responsable politique demissionné dans les pays etranger oui souvent mais en France?
et surtout pourquoi devraient ils partir , ils sont elus et leur place c'est bien la seule qui fait gagner du pognon en agriculture

hetre humain

Il faut faire brûler quelques usines et quelques super marché

1584

@ unika il y a déjà eu des crises sous le régime des quotas et la surproduction n'est pas la plus forte en France ; il s'agit avant tout d'un écart de compétitivité , de mode de vie , de rémunération de la main d'oeuvre , de charges et impôts divers .... dictés par nos politiques et non par les syndicats quels qu'ils soient.

septique

les slogans changent."le prix du lait se calcule"si on appliquait cette formule avec tout ce qui avait été mis dans les contrats ,les deux tunnels avec l'Allemagne les calculs sortent des prix inacceptables pour les Producteurs.ce serait quand même responsable de le dire aux Producteurs et d'être transparent sur les changements à faire.avec ces 280€ sur les 5 derniers mois à combien Lactalis sera sur l'Année 2016.En tenant compte des importants Volume B payé au prix de la Valorisation Beurre poudre -15€/1000litres Sodial fera t elle mieux?.Sodial ne fait pas de bénéfices exceptionnel.Celà donne une image de la réalité de la Transformation française

unika

Lactalis reconnait qu'il aurait pu payer 20à30 euros de plus pour revenir dans la moyenne.La FNSEA devrait reconnaitre que les 100 euros qui manquent encore sont le résultat de ses choix d'abandon de l'encadrement de la production laitière.
Quand on se vante à longueur d'année d’être le syndicat majoritaire,de gérer la quasi totalité des chambres,de cogérer la banque l'assurance....on devrait voir quantité de responsables démissionner face à une telle faillite d'un système savamment échafaudé. Les minoritaires avaient sans doute en partie raison lorsqu'ils jouaient les lanceurs d'alertes faute de pouvoir participer aux orientations de notre agriculture.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires