Violentes manifestations des producteurs laitiers

AFP

Violentes manifestations des producteurs laitiers
Dans le Finistère, les manifestatnts ont voulu visé l'habitation de Stéphane Le Foll.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a été visé dans la nuit de vendredi à samedi par une action d'agriculteurs, principalement des producteurs de lait, qui ont déversé plusieurs centaines de chariots à proximité de sa maison, à Berrien (Finistère), a-t-on appris auprès du préfet et de la gendarmerie.

Peu avant 3 heures du matin, un cortège de 12 tracteurs et remorques s'est dirigé vers la maison de M. Le Foll, à Berrien, dans le centre du Finistère. A 150 mètres de l'habitation, protégée par les gendarmes, ils ont déversé de la terre et plusieurs centaines de chariots d'hypermarchés, selon la gendarmerie, qui évoque des manifestants "cagoulés, masqués et qui avaient masqué les plaques d'immatriculation des tracteurs".
Dans la soirée et dans la nuit, les manifestants, "très virulents mais agissant hors des organisations syndicales", selon Jean-Jacques Brot, préfet du Finistère, ont aussi manifesté dans plusieurs grandes surfaces du département, à Morlaix notamment, déversant des détritus, de la terre, arrachant des chariots ou endommageant les abris où ils sont rangés. Les manifestants ont dénoncé par des tags -comme "Voleurs"- l'attitude de la grande distribution à l'égard des producteurs de lait en particulier. L'entrée d'un centre Leclerc a été défoncée. Il n'y a pas eu d'interpellation.

Les supermarchés sont  la cible des éleveurs

Près de Brest, à Lannilis, Plabennec et Plouguerneau, des agriculteurs ont également ciblé des supermarchés, déversant également des chariots devant la permanence du député apparenté socialiste Jean-Luc Bleunven. Les murs du domicile privé de la députée socialiste de la circonscription de Landerneau, Chantal Guittet, ont également été tagués.
"Cette action n'était pas organisée par le syndicat, mais on ne tient plus les gars. Ils sont à bout, c'est le ras-le-bol", a expliqué Thierry Merret, président de la FDSEA du Finistère. "Je ne suis pas étonné (par ces actions), c'est normal. Ils se battent pour leur survie. Les nouveaux riches, c'est tout de même la grande distribution", a précisé M. Merret, qualifiant de "légitimes" les actions de la nuit.
   
Cette manifestation intervient au lendemain d'actions de producteurs qui avaient ciblé la grande distribution dans le Morbihan. Lundi dernier, environ 200 agriculteurs, producteurs de lait notamment, avaient manifesté à Quimper, allumant des feux et endommageant du mobiliser urbain, causant plus de 230.000 euros de dégâts. Le conseil général du Finistère et la ville de Quimper ont porté plainte.

Publié par AFP

Sur le même sujet

Commentaires 11

fairytales

@1664 bruler des palettes et mettre du lisier sur les prefectutres quelle modernisme, pendant que l'apli faisait ce qu'elle pouvait pour eviter l'hecatombe 800 agri dans l'année que faisait la fédé hotrmis mettre des batons dans les roues de l'apli

geo

De tels actes peuvent refléter une certaine incohérence du système sur le plan politique. Le syndicat majoritaire n'est pas sorti affaibli des élections chambre alors que le malaise de certaines filières est profond. Ceux qui ont eu beaucoup de mal à soutenir les producteurs lors de la crise de 2008 tiennent encore les rennes du système...

1584

la fnpl a proposé un indicateur de charges et négocie pour le faire intégrer ddans les contrats , en même temps elle se bat pour faire reconnaitre les op. tout n' est pas parfait certes , mais que propose l'apli, où est la conf? la grève du lait pour finir de bien saccager les trésoreries! chapeau messieurs!

abba

C'est peut être la seule façon de se faire entendre car les syndicats surtout majoritaires ne font pas leur boulot.
Il faudrait avoir plus de fermeté face à ces requins et plus de solidarité entre les différentes productions(ndrl l"aumone" des 2 euros par tonne de céréales est une injure).
Ce que dit rpr est juste, car tout l'élevage est touché et il faut rajouter qu'un supermarché a un retour sur investisement au bout de 5 ans alors qu'un agriculteur y met toute sa carrière pour ceux qui arrivent. En tout cas je ne connais pas de GMS qui font faillite.

Ehbbee

Des empires ce font sur le dos des producteurs.
Ont demandent juste le droit de vivre de notre metier.
Le cercles de producteur laitier ne fait que de ce reduire. Nous ne disparaîtrons pas sans rien faire et sans rien dire, ce n'est pas simplement notre metier, mais c'est toute notre vie!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires