2015, année de consolidation et d’approfondissement. Œuvrer au service des éleveurs et de la santé animale

Dr Didier GUERIN

2015, année de consolidation et d’approfondissement. Œuvrer au service des éleveurs et de la santé animale

Assemblée Générale (AG) GDS France => Ce 15 avril, les GDS de France étaient réunis en AG à Arcachon avec en toile de fond les nombreux chantiers déjà ouverts et de nouveaux défis comme la résurgence de la FCO, sérotype 8.

Fièvre catarrhale

2015, année de consolidation et d’approfondissement. Œuvrer au service des éleveurs et de la santé animale

Grâce aux campagnes de vaccination pratiquées notamment en Bulgarie, Croatie, Grèce, Italie, Espagne et Portugal, la FCO n’aura donné lieu à la déclaration que de 608 foyers pour toute l’Union contre 9 407 en 2014. Cependant, quatre États membres supplémentaires sont de nouveau atteints par la FCO (Autriche, France continentale, Portugal et Slovénie) et cinq sérotypes sévissent actuellement sur le territoire de l’Union.

2015, année de consolidation et d’approfondissement. Œuvrer au service des éleveurs et de la santé animale

Christophe Moulin, Secrétaire Général de GDS France a indiqué dans son rapport moral que 2015 fut une année de consolidation et d’approfondissement. Face au nombre croissant de dossiers à traiter avec des chantiers déjà ouverts (gouvernance sanitaire, dématérialisation, éradication IBR et BVD, tuberculose, référence, Loi de Santé Animale…) et de nouveaux défis (résurgence de la FCO-sérotype 8, section ruminants du FMSE). GDS France et le réseau des GDS se sont fortement impliqués, appuyés sur leurs valeurs de solidarité et de mutualisme pour œuvrerau service des éleveurs et de la santé animale. Sont présentés ici les points principaux de ce rapport.

Europe : s’adapter face aux risques

Dans une situation sanitaire tendue, l’Union Européenne aura vu adoptée la Loi de Santé Animale, alors que d’autres textes sont en préparation, notamment sur la catégorisation des maladies animales et le médicament vétérinaire. Dans ce contexte GDS France et la FESASS (Fédération Européenne pour la Santé Animale et la Sécurité Sanitaire) se sont et demeurent fortement mobilisés. La situation de l’Élevage au niveau européen reste extrêmement préoccupante. D’une part, les multiples maladies qui menaçaient déjà le statut sanitaire des cheptels européens en 2014 ont continué de peser tout au long de 2015 (peste porcine africaine à l’est, fièvre catarrhale, dermatose nodulaire contagieuse en Turquie et en Grèce, fièvre aphteuse dans le Maghreb). D’autre part, avec la baisse des prix sous le seuil de rentabilité en porc, en lait et viande bovine, les éleveurs voient leurs capacités à investir dans la santé de leur troupeau dangereusement réduites.

Nouvelle gouvernance sanitaire : une intense mobilisation

En ce qui concerne le dispositif de Gouvernance Sanitaire et ses éléments constitutifs, trois points sont à noter pour 2015 :

  • La consolidation des Organismes à Vocation Sanitaire et la mise en œuvre des conséquences du statut d’OVS (accréditation, délégations…).
  • La préparation de la reconnaissance des Pôles Sanitaires Régionaux comme Associations Sanitaires Régionales.
  • Les travaux sur l’épidémiosurveillance avec la Plateforme d’Epidémiosurveillance en Santé Animale (Plateforme ESA) et sur les projets de Réseaux Sanitaires.

Plateforme ESA : un outil opérationnel et souple à pérenniser

GDS France et le réseau des GDS ont continué de s’impliquer en 2015 dans les activités de la Plateforme ESA avec une forte mobilisation autour des thématiques suivantes : tuberculose bovine, Sylvatub, FCO, influenza aviaire, fièvre Q, diagnostic des avortements, observatoire de la mortalité des animaux de rente (OMAR), grippes porcines et Schmallenberg). L’ensemble des échelons du Réseau a participé à l’élaboration et la mise en œuvre de la surveillance (pour plus d’informations, cf. www.plateforme-esa.fr).

Tuberculose bovine : une situation stabilisée

105 foyers ont été détectés en 2014, soit une incidence (0,05 %) stable depuis 2010 qui permet à la France de maintenir son statut officiellement indemne. La maladie persiste dans certaines zones avec une implication de la faune sauvage. Des résurgences se sont manifestées dans plusieurs départements. La volonté d’éradiquer la tuberculose bovine a conduit l’Administration à réviser le plan national de lutte contre cette maladie. Six groupes de travail ont été constitués, auxquels plusieurs GDS ont activement participé : gestion des suspicions, biosécurité, faune sauvage, assainissement, dépistage et contrôle des mouvements. Un projet de plan d’action a été élaboré et soumis aux régions. Il s’envisage sur la période 2016-2020, mais s’inscrit sur un pas de temps beaucoup plus long devant mener à l’éradication.

Dangers sanitaires de 2ème et 3ème catégories : l’excellence sanitaire pour une meilleure commercialisation et une réduction des pertes

Améliorer l’attractivité commerciale des animaux et de leurs produits, ainsi que leur compétitivité, maîtriser le coût global du sanitaire dans les charges de l’exploitation, notamment en réduisant les pertes causées par les maladies : l’excellence sanitaire est l’un des enjeux majeurs de l’avenir et l’une des conditions essentielles de la réussite de la ferme France. L’implication des GDS dans la lutte contre les dangers sanitaires de 2ème et 3ème catégories y contribue fortement. Dans la continuité des années précédentes, tout en travaillant sur les projets à venir d’éradication de l’IBR et de la BVD, de maîtrise de la besnoitiose et de la paratuberculose, une simplification des outils pour les éleveurs et pour les gestionnaires a pu être menée.

Dématérialisation en 2015 : les besoins métiers au cœur des réflexions

La dématérialisation des documents d’accompagnement des bovins ne signifie pas la disparition des ASDA et des passeports mais la suppression du support papier : les données deviennent accessibles par consultation télématique. Au-delà de ce principe simple et d’avenir, sa mise en œuvre soulève des questions pratiques qu’une expérimentation (la phase prototype) actuellement conduite devrait permettre de mesurer et de résoudre. La phase prototype s’est terminée en mars 2016. D’autres groupes de travail travailleront en 2016 sur l’identification électronique, le déploiement et l’accompagnement, le modèle économique du projet de la dématérialisation. La décision de mise en œuvre de la dématérialisation devrait intervenir en juillet 2016.

Plateforme sanitaire des GDS : consolidation et sécurisation

La plateforme sanitaire des GDS est un outil informatique dédié au Réseau des GDS, conçu au sein de GDS France, destiné à délivrer différents services (distributions d’informations sur les élevages et les animaux). En 2015, les services existants ont évolué et ont été consolidés avec une sécurisation accrue répondant aux conclusions de l’audit 2014. Par ailleurs, dans le cadre de la dématérialisation, un webservice permet la mise à disposition des statuts IBR et varron.

« Œuvrer au service des éleveurs et de la santé animale »

En clôture de cette AG, Michel Combes, Président de GDS France, a notamment indiqué : « Notre métier à nous, c’est le sanitaire animal, dans toutes ses dimensions, santé humaine, santé animale… Notre mission et notre rôle sont aussi de rappeler qu’en ces temps de crises, de doutes, de découragement, loin d’être le problème, le sanitaire fait partie de la solution. Agir sur les charges d’exploitation en maitrisant les coûts et en réduisant les pertes, favoriser les échanges d’animaux en garantissant leur qualité sanitaire, renforcer l’image de sérieux et de compétence des éleveurs dans l’opinion publique en les accompagnant, affirmer la solidarité professionnelle. Oui, le sanitaire est bien l’une des réponses à la crise. Pas la seule, mais l’une des réponses. Etre aux côtés des éleveurs pour les accompagner, c’est notre mission et notre rôle. Nous l’assumons et continuerons de l’assumer, tous ensemble. »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires