AG du GRASL, structure régionale des GDS du Limousin : 25 ans de veille sanitaire pour toutes les espèces

Le Groupement Régional d'Action Sanitaire du Limousin (GRASL) a tenu, le 2 juillet 2008 à Limoges, sa 25ème Assemblée Générale sous la présidence de Philippe MONTEIL.

C'est sur fond de crise agricole et sanitaire que le GRASL a tenu sa 25ème AG. La mission du GRASL, en liaison avec ses adhérents, est un véritable travail de veille sanitaire dans toutes les espèces mené en relation étroite avec les vétérinaires et les DDSV. Ce travail, exemplaire depuis la création du GRASL, au service de tous les éleveurs limousins, n'a cessé de se conforter au fil des ans. Ce savoir-faire développé conforte le GRASL pour l'avenir dans la prévention et la lutte contre les différentes pathologies. Au-delà de l'actualité sanitaire dominante qu'est la fièvre catarrhale, l'AG du GRASL a été aussi l'occasion d'évoquer l'ensemble des autres actions sanitaires qui se poursuivent et s'adaptent. Cet article en présente les principaux éléments.

IBR : une bonne situation régionale qui progresse encore, une adaptation du suivi

La prise d'arrêtés ministériels, en avril et novembre 2006, rendant le contrôle obligatoire de tous les bovins à l'introduction et la généralisation du dépistage dans les cheptels ainsi que la vaccination de tous les bovins ayant présenté un résultat non-négatif a permis une avancée sérieuse. Au 31 décembre 2007, 75% des cheptels limousins bénéficient de l'appellation « Indemne d'IBR », soit 7% de plus que l'an passé. Le nombre d'élevage en plan est quant à lui stable : + 0,1%, soit 8.160 cheptels engagés. La proportion d'élevages positifs reste constante : 9%. Ces éléments viennent conforter le travail réalisé depuis 1996 avec la mise en place des systèmes de certification de cheptels définis au travers des STC qui regroupent, au niveau de chaque département, le Groupement Technique Vétérinaire, le Laboratoire Départemental d'Analyses et le Groupement de Défense Sanitaire. Au niveau de cette certification, des évolutions sont enregistrées en matière de contrôle des kits pour une amélioration de leur spécificité et attendues en matière de pourcentage d'animaux à prélever par cheptel : taux de réalisation ramené à 80% au lieu de 90% et pour les zones indemnes (zone avec moins de 0,2% de nouveaux cheptels positifs et plus de 98% de cheptels certifiés), un sondage sur 20% des animaux.

Paratuberculose : une progression des cheptels sous apport de garantie, une mobilisation supplémentaire des cheptels atteints

Par rapport à cette maladie, la stratégie régionale s'appuie sur deux grands axes : l'apport de garantie des cheptels à partir du référentiel technique national d'une garantie de cheptel diffusé par l'ACERSA avec une augmentation de 7% des élevages dans cette situation pour 2007 et la mise en place de programme d'assainissement dans les élevages confrontés à cette problématique. Il est à noter pour cette catégorie une augmentation de 10 % de cheptel engagés sur la campagne 2007, cette progression est à mettre en relation avec l'impact économique de plus en plus important de cette maladie dans les élevages atteints, associé à une efficacité améliorée des plans d'assainissement. Soutenue financièrement par le Conseil Régional, cette stratégie doit donc se poursuivre afin d'éliminer non seulement les animaux infectés, mais surtout de constituer un vivier d'animaux sains nécessaire au repeuplement des élevages atteints.

 

BVD : une vigilance continue vis-à-vis des facteurs de risques, un statut individuel des animaux sur l'ASDA

La maladie des muqueuses constitue un des motifs principaux d'intervention du GRASL. Ce programme basé, d'une part, sur un volet d'information et de sensibilisation des éleveurs et, d'autre part, sur une bonne connaissance du niveau de circulation de cette maladie à partir des analyses de laboratoire, affiche deux ambitions : accroitre le niveau de maîtrise des facteurs de risques (contrôle et isolement des introductions, protection des génisses mises à la reproduction et gestion adaptée par rapport au voisinage) afin d'éviter l'apparition de la maladie dans les élevages et tracer le caractère non-IPI pour les bovins dont ce statut est reconnu grâce à une mention figurant sur les ASDA. D'autres pathologies sont également suivies dans le cadre de ce programme de prévention contre les maladies émergentes comme les diarrhées néonatales ou la salmonellose.

Les plans de préventions sanitaires proposés dans les élevages ovins

Ces plans reposent sur deux axes majeurs. D'une part, le réseau sentinelle ovin est basé sur une bonne connaissance du risque d'infestation parasitaire à partir d'analyses d'échantillons d'herbe et de coprologies. D'autre part, le programme de prévention des maladies émergentes en élevage ovin apporte un appui technique et financier à tout élevage étant confronté à un problème sanitaire particulier ou particulièrement important (avortements, parasitisme, maladies respiratoires…).

Chartes des bonnes pratiques et carnet sanitaire, outils de développement pour les éleveurs

Avec plus de 125.000 éleveurs adhérents au niveau national, la Charte des Bonnes Pratiques en Elevage (CBPE) est aujourd'hui considérée comme la démarche de référence pour l'ensemble de la profession et des filières. Au niveau régional, 6.628 éleveurs adhèrent à la CBPE. Le GRASL et les GDS interviennent en complément pour que l'ensemble des éleveurs puissent en bénéficier. C'est la même logique qui intervient pour le Code Mutuel des Bonnes Pratiques en Elevage Caprin. Le carnet sanitaire, élément du registre d'élevage qui concerne toutes les productions animales destinées à la consommation représente, au-delà des obligations réglementaires, un outil de bilan et d'analyse sanitaires primordial. C'est la raison de l'implication particulière du GRASL et des GDS, en relation étroite avec les vétérinaires sur ce dossier avec la mise à disposition d'exemplaires gratuits, la proposition de formations « éleveur infirmier de son élevage », la conception de modèles de bilans sanitaires volontaires adaptés…

Le Plan Sanitaire d'Elevage (PSE), un outil rénové encore plus d'actualité

Cette initiative courageuse des acteurs du monde agricole a été confortée dans le temps et les choix de transparence et de conseils techniques mis en oeuvre ont été affirmés. Dans une période où la sécurité sanitaire, la traçabilité, la transparence sont autant d'éléments qui doivent rassurer le consommateur, le PSE du GRASL est aujourd'hui l'outil indispensable qui garantit le développement de nos élevages. Après une période plus difficile liée à l'arrivée de nombreux génériques défavorable à l'action collective, le PSE a su s'adapter et retrouver sa très grande compétitivité technique et financière. Avec 8% de progression en 2007, son développement est régulier. Ce lien tissé entre les différents partenaires que sont les vétérinaires et les éleveurs doit être plus que jamais entretenu. Il faut donc oeuvrer pour assurer la continuité de cet état d'esprit dans notre région.

En conclusion, une action mutualiste en plein essor

Dans un contexte où il est de plus en plus difficile d'obtenir des crédits pour mener à bien nos actions, nous ne devons pas baisser la garde mais continuer d'être à l'écoute afin de répondre aux mieux aux exigences sanitaires du moment et à venir. Après avoir remercier l'ensemble des partenaires du GRASL (GDS, vétérinaires, Organisations de Producteurs, Organisations Agricoles, GTV, SDVEL, DDSV, LDA, Conseil Régional, DRAF..), le Président a tenu à souligner dans sa conclusion, que face à un inquiétant désengagement de l'Etat, c'est bien en restant mobilisés et solidaires que l'ensemble des partenaires du monde de l'élevage pourra affronter et traverser aux mieux les différentes crises, tout en préservant et défendant ainsi le pouvoir d'achat de nos concitoyens. Le GRASL, devenu après 25 ans l'outil incontournable de l'action sanitaire dans notre région, va poursuivre son action avec cet objectif.

Source Groupement de Défense Sanitaire du Cheptel Creusois

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires