Alimentation : Un bilan électrolytique élevé en engraissement améliore l'ingestion

Sophie Bourgeois

L'accroissement du bilan électrolytique de la ration s'accompagne d'une augmentation de l'ingestion chez les bovins en croissance », selon un article paru dans Productions animales d'Emmanuelle Apper-Bossard et ses collaborateurs de l'ESA-d'Angers et de l'Inra(1). Des valeurs très élevées du bilan électrolytique par contre semblent réduire légèrement l'ingestion. Mais les données disponibles pour les bovins en croissance ne sont pas aussi nombreuses que celles concernant les vaches laitières ou les porcs. Difficile donc d'en tirer des conclusions pratiques simples sur les niveaux de bilan électrolytique optimums pour les bovins en croissance, et sur le niveau d'amélioration des performances en engraissement que l'on peut en attendre. Il y a aussi d'importantes différences d'un animal à l'autre dans la mise en place des phénomènes de compensation.

En engraissement le risque d'acidose métabolique est bien présent mais on connaît encore mal ses effets sur les performances de croissance et l'efficacité alimentaire. (F. d'Alteroche)

En engraissement le risque d'acidose métabolique est bien présent mais on connaît encore mal ses effets sur les performances de croissance et l'efficacité alimentaire. (F. d'Alteroche)

« Le bilan électrolytique, d'après nos résultats expérimentaux présente un intérêt au moment du démarrage de l'engraissement », explique Thierry Aubert, spécialiste bovins viande de la firme-service CCPA. « Une fois cette période délicate d'un ou deux mois passée, la notion de bilan électrolytique de la ration présente moins d'intérêt. Pour nous, c'est un élément parmi d'autres qui participe au contrôle de l'acidose. La magnésie notamment a un rôle important, mais n'entre pas dans le calcul du bilan électrolytique alimentaire. »
Erik Sulmont, responsable des gammes ruminants chez Inzo estime par contre qu'« augmenter le bilan électrolytique d'une ration n'a pas un coût très élevé et permet d'augmenter l'ingestion de bovins en croissance ». L'idée pour y parvenir revient à rajouter du sodium (Na+) dans les apports alimentaires sans chlore (Cl-), c'est-à-dire du sodium qui n'est pas apporté sous la forme de sel (NaCl), mais sous forme de carbonates. « Nous proposons souvent d'utiliser des bicarbonates associés à de l'oxyde de magnésie, l'association des deux ayant un effet intéressant. »

(1) Effet du bilan électrolytique de la ration sur l'équilibre acido-basique et les performances zootechniques des animaux à fort niveau de production. Inra Productions Animales, 2009, 22 (2).

Source Réussir Bovins Viande Novembre 2009

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires