Assemblée Générale (2ème partie) : Encadré Fièvre catarrhale

Assemblée Générale (2ème partie) : Encadré Fièvre catarrhale

Une situation sanitaire exceptionnelle qui demande des réflexes d'actions collectifs

Cette situation sanitaire exceptionnelle et particulièrement difficile du fait de sa superposition avec une crise économique importante engendre des réflexes individualistes, des replis sur soi tout à fait compréhensibles mais qui risquent d'être particulièrement contreproductifs pour la collectivité et, donc, pour chacun à moyen terme.
Cela implique qu'il appartient à chacun de rappeler, d'une part, le bien-fondé des choix mutualistes des GDS, et du GDSCC en particulier, qui restent très réalistes et conformes aux besoins du monde rural et, d'autre part, la nécessité d'investissement et de réalisation collectifs intégrant tous les élevages, sans exception. Ce sont ces principes qui ont montré leur efficacité et le bien-fondé de l'action sanitaire menée par les éleveurs organisés au sein du GDSCC, depuis sa création en 1953, en relation étroite avec la DDSV, les vétérinaires et les autres intervenants. C'est ce qu'a exposé le Dr Hervé Petit, de GDS France, dans son intervention qui s'est terminée sur les différents schémas possibles dans l'avenir pour la gestion de la fièvre catarrhale.

Pour le GDSCC, une adaptation de l'action fondée sur le schéma sanitaire collectif

Fort de son expertise sanitaire animale collective au service de tous les élevages et à travers ses missions « d'apport de garanties de cheptel et d'image des élevages », « de lutte contre les maladies contagieuses », de « mutualisme » et « d'information », le GDSCC a fait évoluer son action et continuera à la faire progresser en fonction des modifications des élevages, des éleveurs et de leur environnement, tout en conservant les bases fondamentales de la lutte collective et sanitaire, indispensables pour sa réussite.
Philippe Monteil a tenu à remercier, comme chaque année, au nom de tous les éleveurs, l'ensemble des partenaires : les vétérinaires, l'administration avec en particulier les Services Vétérinaires, le Laboratoire Départemental d'Analyses, les Conseils Général et Régional, les Organisations Agricoles, notamment la Chambre d'Agriculture, le Crédit Agricole, nos instances régionale (GRASL) et nationale (GDS-France), les délégués cantonaux et l'ensemble des salariés du GDSCC et GDS Services 23.

La fièvre catarrhale : les points essentiels

Avec 36.000 des 42.000 foyers enregistrés en Europe en 2008 (tous sérotypes confondus), la France a été la principale victime de ce fléau.

Une campagne 2008-2009 marquée par une baisse des naissances et une augmentation de la mortalité des veaux

Dans le cadre du suivi départemental (notifications, déclarations d'avortements), mis en place par la Chambre d'Agriculture (Service Elevage), la DDSV et le GDSCC, l'alerte d'un déficit des vêlages identifiée en automne 2008 se montre considérable sur le 1er trimestre 2009 (voir graphiques). Après les fortes baisses de naissances en janvier (-26%) et février (-35%), le déficit en mars est encore de 11%. Depuis début août, il manque 14,3 % des veaux soit 20.884 naissances. De plus, les alertes de terrain en matière de présence en nombre de veaux avec malformations nerveuses imputables au passage transplacentaire du virus de la fièvre catarrhale sont consolidées par la progression de la mortalité des veaux (+13% de la mortalité 3 jours – 90 jours d'août à décembre). L'évolution est limitée en valeur absolue depuis janvier, liée à la forte baisse des naissances, mais en augmentation en valeur relative (passage de 3,1 à 3,8% des naissances),

 

Les indemnisations des mortalités, euthanasie (Etat) ou des pertes sanitaires (CSSA) réglées ou en cours de règlement

Les dossiers mortalités/euthanasies ont été compilés par le GDSCC et transmis à la DDSV pour règlement des « indemnités sanitaires de base » et à la DDAF pour « l'aide complémentaire ». D'autre part, les dossiers déposés pour les indemnisations CSSA ont été réglés par le GDSCC aux éleveurs concernés. Les indemnisations mortalités ont cessé au 15 décembre sauf pour les veaux (malformations congénitales) dans le cadre de l'euthanasie « sur ordre de l'administration » qui nécessite une fiche de suspicion réalisée par le vétérinaire. Pour 2009, les apports de soins rentrent dans le cadre de la CSSA notamment vis-à-vis des nouveau-nés présentant des troubles. Les dossiers peuvent toujours être ouverts ou complétés lors de traitements effectués.

Une vaccination obligatoire, une date de fin de campagne décalée au 30 juin 2009

Pour 2008-2009, les GDS se sont prononcés sur l'intérêt de la vaccination généralisée. Le Ministère de l'Agriculture a décidé une vaccination obligatoire et simultanée contre les sérotypes 1 et 8. Le GDSCC a mis à disposition ses moyens humains et matériels, en pleine relation avec les autres intervenants et avec son pragmatisme habituel pour que cette campagne se déroule le plus favorablement possible d'ici le 30 juin, nouvelle date décidée comme fin de campagne (vaccination complètement effectuée).

Les rares incidents post-vaccinaux à déclarer pour une éventuelle prise en charge

Même si les effets secondaires des vaccins sont « très rares » selon la formulation même de l'AFSSA (moins de 1 cas pour 50.000 animaux vaccinés), ils existent et constituent une problématique importante pour l'éleveur concerné. De plus, les conséquences peuvent être du ressort, non du vaccin, mais de la pratique de l'acte vaccinal. Dans ces différentes situations, il est obligatoire que le vétérinaire remplisse une fiche de pharmacovigilance afin que l'AFSSA ANMV puisse faire un lien éventuel entre le produit et l'événement décrit et qu'une éventuelle prise en charge intervienne.

3 groupes de travail pour préparer l'avenir

Lors du comité de suivi national de la fièvre catarrhale du 21 avril, Michel Barnier, Ministre de l'Agriculture et de la Pêche a demandé la constitution de 3 groupes de travail pour :
• Préparer des réponses précises en cas d'apparition de nouveaux sérotypes.
• Déterminer les conditions dans lesquelles les éleveurs pourront vacciner.
• Analyser précisément la situation d'un point de vue sanitaire pour les sérotypes 1 et 8 et choisir la solution la mieux adaptée pour la prochaine campagne.
Les groupes de travail se réuniront dès la fin du mois d'avril et devront rendre leurs conclusions d'ici la fin du mois de juin.

Source Groupement de Défense Sanitaire du Cheptel Creusois

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires