Assemblée Générale de GDS Creuse (2/2) : Suite....

Assemblée Générale de GDS Creuse (2/2) : Suite....

Pour les ovins, accompagner de manière sanitaire la « reconquête ovine »

Concernant les ovins, en parallèle avec le plan de relance de cette production et en relation avec les différents intervenants spécifiques de cette espèce, la commission ovine de GDS Creuse renforce son action sur deux axes :
• Les contrôles à l'introduction et l'utilisation du billet de garantie conventionnelle.
• Les suivis de pathologies émergentes (avortements, parasitisme…) et une détection plus précoce des problématiques.
De plus pour cette espèce, comme pour les caprins, des formations « éleveur infirmier » sont dorénavant disponibles et vont être proposées.

Une relance de l'action sur la qualité de l'eau

En matière de qualité de l'eau, en relation avec les différents intervenants, notamment, LDA, Chambre d'Agriculture, vétérinaires, une action initiée au printemps 2008 (mise en sommeil pour des raisons d'actualité fièvre catarrhale envahissante) va reprendre son développement avec un kit analyse adapté et une interprétation spécifique animaux d'élevage des résultats. Si nécessaire, des propositions de résolutions de problématiques en relation avec Farago Creuse.

Une mission « mutualisme » historique toujours aussi importante

Un des points majeurs des EGS concerne les fonds de mutualisation. Les dispositions de l'article 71 du bilan de santé de la PAC prévoient le remboursement public partiel des indemnisations versées pour des pertes économiques par des fonds de mutualisation professionnels à l'occasion de foyers de maladies animales ou végétales ou d'incidents environnementaux. Le Fonds Fièvre aphteuse, après un travail de réflexion et d'analyse important de GDS France, a été transféré en fonds de mutualisation sanitaire des GDS.

Un partenariat fort avec le Conseil Général

La collaboration étroite avec le Conseil Général s'est poursuivie et une réflexion est en cours sur l'adaptation de nos conventions en fonction de l'évolution des besoins et de l'environnement, notamment en ce qui concerne l'assainissement IBR et la convention relative aux tarifs d'analyses. Le Président de GDS Creuse a remercié le Conseil Général et espéré une poursuite de cette collaboration, même si l'avenir des collectivités territoriales est source d'incertitudes.

Une mission « information » toujours en développement pour répondre aux nouveaux besoins

Cette mission connaît une progression importante en relation avec l'inflation des connaissances, de la réglementation, de l'actualité… GDS Creuse privilégie les voies informatiques pour des raisons de praticité, de rapidité et de coûts. Ainsi, chaque délégué cantonal ou éleveur, peut ainsi recevoir les articles hebdomadaires, il suffit de fournir à GDS Creuse son adresse courriel. De même, chaque vétérinaire les reçoit. Cela permet une information commune et une possible mise à disposition pour leurs clients.

Un travail collectif avec l'ensemble des OP du département

Enfin, avec une illustration de la synergie d'action de toutes les organisations professionnelles agricoles du département, une approche sur une « unité de production » pour les bovins viande, à savoir la production de viande vive, et le rapprochement de cette « unité de production » des coûts de production se développe en Creuse à deux niveaux :
• Un travail de mise au point avec un « groupe pilote » d'une centaine d'éleveurs d'un outil de détermination de la production de viande vive de l'exploitation et son coût de production pour une mise à disposition, par la suite, à tous les éleveurs.
• A la demande de Vivéa, une participation de la Creuse comme département test pour la mise en place d'une expérimentation de formation sur l'analyse des coûts de production en bovin viande. Cette formation intitulée « Coût de production : le connaitre pour agir » va être expérimentée d'ici l'automne et mise à disposition des éleveurs pour la fin de l'année.

Une rénovation de l'organisation sanitaire française avec un rapprochement des productions animales et végétales au sein des Pôles Sanitaires Régionaux

La rénovation de l'organisation sanitaire française, initiée avec les Etats Généraux du Sanitaire, s'avérait être une nécessité du fait des évolutions des élevages, des éleveurs et de leur environnement. Cependant, le trépied historique, administration (DDCSPP), vétérinaires, éleveurs (GDS) avec l'appui des LDA doit être maintenu comme socle de l'évolution de la surveillance sanitaire. Il est primordial que la restructuration de la gestion et le suivi sanitaire soient maintenus sur le « modèle français d'organisation sanitaire » reconnu au niveau international, notamment par l'OIE. De nombreux exemples (Royaume Uni, Pays Bas…) montrent les conséquences d'une organisation sanitaire forte absente. La nouvelle approche globale de la santé animale et végétale voulue avec la RGPP a initié des échanges constructifs au niveau régional et débouché sur la création du Pôle Sanitaire Régional du Limousin, avec comme membres fondateurs le GRASL et la FREDON Limousin et comme participants l'ensemble des acteurs impliqués dans la gestion sanitaire.

Pour GDS Creuse, une adaptation de l'action fondée sur le schéma sanitaire collectif

Fort de son expertise sanitaire animale collective au service de tous les élevages et à travers ses missions « d'apport de garanties de cheptel et d'image des élevages », « de lutte contre les maladies contagieuses », de « mutualisme » et « d'information », GDS Creuse a fait évoluer son action et continuera à la faire progresser en fonction des modifications des élevages, des éleveurs et de leur environnement, tout en conservant les bases fondamentales de la lutte collective et sanitaire, indispensables pour sa réussite.
Philippe Monteil a tenu à remercier, comme chaque année, au nom de tous les éleveurs, l'ensemble des partenaires : les vétérinaires, l'administration avec en particulier le Service Santé Animale de la DDCSPP, le Laboratoire Départemental d'Analyses, les Conseils Général et Régional, les Organisations Agricoles, notamment la Chambre d'Agriculture, les instances régionale (GRASL) et nationale (GDS France), les délégués cantonaux et l'ensemble des salariés de GDS Creuse et de Farago Creuse.

Source GDS Creuse

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires