Au Brésil : L'élevage de zébus dévore la forêt

F. d'Alteroche

Voilà deux cartes qui illustrent mieux que de grands discours la progression numérique et géographique de l'élevage bovin brésilien. «Depuis dix ans on assiste à une expansion numérique du cheptel en direction du nord et de l'ouest du pays » a expliqué Philippe Chotteau, agroéconomiste à l'Institut de l'élevage à l'occasion d'une journée «viande bovine» organisée par la FDSEA de Haute-Loire.

Mais si cette expansion est évidente, elle s'accompagne d'une grande imprécision sur le nombre d'animaux. Des enquêtes annuelles faisaient état d'un total de 206 millions de bovins en 2006. Le recensement de 2006 publié fin 2007 n'en trouve que 170 millions, soit une différence de 21 % en têtes ! C'est cependant ce second chiffre qui est considéré comme étant le plus fiable par les experts. La progression numérique entre 1996 et 2006 est, elle, estimée à 17 millions de têtes. Par ailleurs, dans ce même intervalle de temps, les volumes de production ont progressé plus rapidement que le cheptel.

Réduction du cycle de production

Ceci est lié au raccourcissement du cycle de production. À poids de carcasse sensiblement identique, les animaux sont abattus plus jeunes (24 à 30 mois au lieu de 3 à 4 ans) compte tenu de l'intensification de leur conduite. Plus particulièrement en période de finition.

Pièces jointes

Source Réussir Bovins Viande Décembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires