Avec « Le sanitaire… j’adhère ! » Poursuivons ensemble pour l’excellence sanitaire (chapitre 2/5)

GDS 23 GDS Creuse

Avec « Le sanitaire… j’adhère ! » Poursuivons ensemble pour l’excellence sanitaire (chapitre 2/5)

LES ACTIONS 

En IBR, au 30/09/2016

le taux de cheptels détenant des bovins positifs était de 1,81 %. Avec le nouvel arrêté ministériel IBR et ses mesures plus contraignantes pour les élevages en assainissement, le taux de cheptels positifs se situe maintenant à 1,18 %. Cependant, trois nouveaux cheptels sont concernés suite à des contaminations dans le secteur intermédiaire avec un isolement mal maîtrisé à l’introduction, d’où l’importance de cette mesure et du contrôle 15 jours après l’arrivée du bovin dans votre cheptel. 

IBR, un assainissement qui se termine, chaque éleveur est concerné

Avec le nouvel arrêté ministériel 2016 que nous avions demandé, nous œuvrons pour passer en dessous du seuil de 1 % de cheptels détenant des bovins positifs et ainsi bénéficier des allègements de prophylaxie.Il est favorable pour les cheptels indemnes et plus contraignant pour ceux en assainissement ou non-conformes. Chaque éleveur avec un cheptel non-indemne d’IBR a été informé de ces nouvelles contraintes. L’évolution est très positive avec une baisse de 25 % du nombre de cheptels détenant des bovins positifs en 3 mois (passage de 44 à 33). Le taux de cheptels positifs se situe maintenant à 1,18 %. 

Carte Creuse IBR 2016

BVD, un programme national d’éradication

Un PCV (Programme Collectif Volontaire) de prévention, de surveillance et de lutte va être proposé à un prochain conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV) dans le cadre d’un arrêté ministériel. Cet arrêté aura pour objet la reconnaissance nationale du programme collectif de lutte contre la BVD afin d’obtenir son éradication. A cette fin, il mettra en place le déploiement de l’attribution d’un statut aux bovins, d’un dispositif de surveillance et la généralisation des mesures d’assainissement des troupeaux infectés. Nous sommes fortement investis. Nous vous tiendrons informés au fur et à mesure de l’avancée de ces travaux. C’est un important chantier qui se dessine avec la nécessaire implication de tous. Pour une maladie comme la BVD, l’adage « Le sanitaire n’est efficace que s’il est collectif » est particulièrement approprié. 

Protection animale, une vigilance à poursuivre

Notre commission, en forte relation avec les différents intervenants, œuvre de manière continue depuis 1999. Comme cela vous a déjà été indiqué, les résultats sont patents en matière de prévention. Pour les cas récurrents beaucoup plus difficiles, de nouveaux outils réglementaires ont permis de nouvelles méthodologies d’action mises en place par la DDCSPP, elles ont apporté des résultats dans quelques cas difficiles et connus depuis plusieurs années. Ce type de démarche est à renforcer pour pouvoir régler définitivement ces situations. Rappelons que l’implication de chacun reste essentielle. 36 dossiers, dont 6 suivis en cellule spéciale, ont été suivis. 11 ont été réglés dont 3 suivis en cellule spéciale. 29 dossiers restent en suivi : 4 en cellule spéciale et 25 en 1ère phase. 

Fièvre catarrhale, la vaccination est volontaire, vous pouvez donc vous positionner individuellement

L’ANSES prévoit une diffusion inexorable du virus fièvre catarrhale sérotype 8 avec des impacts cliniques conséquents si le pouvoir pathogène du virus n’a pas changé. Dans ce contexte, la vaccination peut être considérée comme le seul outil de gestion efficace face à une nouvelle épizootie. Le vaccin est mis à disposition gratuitement par l’Etat. La vaccination est volontaire, vous pouvez vous positionner individuellement. Nous allons continuer à vous tenir informés afin que vous puissiez agir en toute connaissance. Au 20/03/2017, 2.226 foyers étaient notifiés depuis 2015 dont 1.933 depuis juillet 2016. Des cas cliniques avec avortements ont été observés dans plusieurs départements. 

Une forte implication dans le plan Ecoantibio 2017 

Autre actualité importante en matière de lutte contre les maladies contagieuses, c’est le plan national de lutte contre l'antibiorésistance en médecine vétérinaire mis en place depuis 2012. Un des objectifs principaux, une baisse d’utilisation de 25 %, va être atteint.

Une nouvelle mouture est en phase de réflexion. Avec GDS France, nous sommes impliqués. Un des axes est la diminution des pathologies dans les élevages, notamment, en favorisant la prophylaxie sanitaire et zootechnique et les mesures de biosécurité. Les actions visent à prévenir l’introduction d’une maladie dans un élevage, l’apparition ou l’extension d’une maladie dans les élevages et la transmission d’une maladie d’un élevage infecté à d’autres cheptels (ou d’autres ateliers). C’est le fondement de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! ». C’est pourquoi nous allons poursuivre notre sensibilisation dans cette démarche « Le sanitaire… j’adhère ! » avec une adaptation de la « boite à outils GDS Creuse » pour un « troupeau sain, sûr et rentable ». 

Le « mutualisme » : valeur fondatrice et pérenne des GDS

Au niveau national, les conventions de délégations demandent à être revalorisées. L’Etat nous a demandé d’être accrédités, cela a impliqué des coûts supplémentaires non totalement compensés. Le cadre régional est en pleine restructuration. Dans la loi NOTRe qui redéfinit les compétences de chaque collectivité, la spécificité sanitaire a été oubliée. Nous sommes en train d’essayer de la faire reconnaître en rappelant son implication pour la 1ère région agricole de France avec 40 % des exploitations orientées sur l’élevage essentiellement pour la production de viande, 1ère région exportatrice de broutards et 1ère région pour les productions sous signes de qualité. Pour le département, un travail important de concertation avec le Conseil Départemental est en cours pour que notre collaboration historique puisse se poursuivre. 

L’information des éleveurs et partenaires : une mission en développement constant 

Cette mission poursuit son évolution en relation avec l’inflation des connaissances, de la réglementation, de l’actualité…, en fonction de vos besoins et avec l’intégration des nouveaux moyens. Cette mission est d’abord à l’attention des éleveurs avec notre site Internet et sa lettre d’information hebdomadaire qui confirme ses succès et impact, GDS Creuse Mémo nouvelle mouture qui nous est régulièrement demandé ainsi que vos délégués cantonaux, relais d’information précieux...

Dr Didier GUERIN – Marien BATAILLE – GDS Creuse – www.gdscreuse.fr

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires