Cheptel allaitant : En 2009, de plus faibles effectifs

François d'Alteroche

Sous l'effet de la bonne conjoncture 2006, le troupeau allaitant français avait eu tendance à
s'étoffer. Pour l'année cours, les perspectives font apparaître un mouvement de
décapitalisation. Les chiffres resteront à confirmer lorsque les statistiques officielles seront
disponibles, mais dans les zones agronomiquement les plus favorables, les bruits de couloir
et la conjoncture bien morose du marché de la viande et du maigre laissent à penser que le
regain d'attractivité des céréales inciterait à réduire les troupeaux pour accroître la part des
cultures. « On risque aussi d'avoir un mouvement de décapitalisation au cours du dernier
trimestre 2008 pour régler des factures », expliquait Pierre Chevalier, président de la
Fédération nationale bovine, lors de la dernière assemblée générale d'Opalim, organisation
de producteurs non commerciale du Limousin.
Les abattoirs ne devraient donc pas être en manque de marchandise à traiter cette année
à cause de cette tendance à la décapitalisation. Mais les vraies difficultés
d'approvisionnement auraient lieu dans un an, quand le surplus momentané aura été
écoulé, et avec un nombre d'animaux à abattre diminué du fait de la réduction du nombre de
moules à veaux.

Les perspectives 2008 font apparaître un mouvement de « décapitalisation ». Les difficultés d'approvisionnement devraient donc se faire sentir dans un an. (F. d'Alteroche)

Les perspectives 2008 font apparaître un mouvement de « décapitalisation ». Les difficultés d'approvisionnement devraient donc se faire sentir dans un an. (F. d'Alteroche)

Source Réussir Bovins Viande Septembre 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires