Elevage bovin : Diminution des cheptels allaitants dans presque toute l'Europe

Emilie Durand

Des raisons très diverses sont à l'origine de la diminution du cheptel allaitant dans presque toute l'Europe. D'après les chiffres de l'Institut de l'élevage, l'Espagne serait le plus gros perdant européen, avec une perte de 240 000 vaches allaitantes, soit près de 13 % de son effectif actuel. En effet, un quart des allaitantes espagnoles sont aux mains d'éleveurs laitiers ou d'ex-éleveurs laitiers et il est très probable que ceux-ci se recentrent sur le lait si le marché les y incite. Dans le Centre-Ouest et le Sud-Ouest de l'Espagne où les élevages sont conduits de façon très extensive, des sécheresses à répétition, des problèmes de main-d'oeuvre, et la présence de la fièvre catarrhale sont autant de facteurs favorables à une réduction des cheptels. Les troupeaux français, britanniques et irlandais devraient eux aussi s'éroder, mais de façon moins nette.

Hausse dans les nouveaux pays de L'UE

A l'inverse, le Portugal gagnerait encore quelques animaux supplémentaires. Comme l'explique l'Institut de l'élevage, « les conditions pédoclimatiques sont propices à l'élevage allaitant sans permettre d'autres types de production ». Les grands gagnants sont à chercher dans les pays nouvellement adhérents à l'Union européenne, avec par exemple respectivement + 58 % et + 51 % pour la Lettonie et la Lituanie. Des progressions à relativiser compte tenu de l'importance initiale de leur cheptel.

Pièces jointes

Source Réussir Bovins Viande Janvier 2008

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires