Engraissement : du test à la réalité du marché

UAR (L'Union Agricole et Rurale) 15

Seconde journée consacrée à l’engraissement en race salers, à Teissières-de-Bouliès, chez Alain Cantuel.

Alain Cantuel a réservé ce printemps dix veaux salers, cinq pour du TJB salers (test Chambre-Altitude) et cinq pour la jeune filière Salers primeurs du Cantal.

Malgré des conditions enfin estivales et des orages annoncés le lendemain, ils étaient de nouveau une bonne vingtaine mardi 9 juillet à être venus s’informer sur les possibilités et opportunités d’engraissement en race salers à l’invitation de la Chambre d’agriculture et du GVA de Lafeuillade- Montsalvy. Support à cette seconde matinée : l’exploitation d’Alain Cantuel(1) à Vernines de Teissières-les-Bouliès. Ce dernier a fait le choix il y a trois ans d’une cessation laitière en optant pour la race salers. En 2012, il a mis 73 femelles à la reproduction en monte naturelle, pour partie en race pure, le reste en croisement avec du charolais et du bleu blanc belge. Soit un peu plus de 20 % de croisement, son objectif étant d’atteindre à terme - mais de ne pas dépasser - 30 %. Les vêlages s’étalent de fin août à fin décembre avec un pic en septembre. Les veaux salers sont vendus autour de 440 kg en circuit classique mais depuis deux ans, l’éleveur s’est engagé dans un essai pour la production de jeunes bovins de 14 mois (TJB), une expérimentation initiée par le Syndicat salers en lien avec la Chambre d’agriculture et le Groupe Altitude.

Un tri essentiel

Ce printemps, sur les 21 jeunes mâles salers purs présents, 10 ont été sélectionnés pour être alourdis : 5 toujours dans le cadre de cet essai TJB salers, 5 autres pour alimenter la toute jeune filière Salers primeurs du Cantal avec la SVA Jean-Rozé. “Le choix a été fait de garder les animaux au plus fort potentiel de croissance pour l’essai TJB car nous craignions que ces veaux soient trop lourds début novembre pour le cahier des charges SVA”, a expliqué Elsa Julien qui suit l’élevage à Bovins croissance. De la naissance (moyenne au 5 septembre 2012) à fin avril, ces mâles ont été complémentés (en deux données) avec 0,5 kg de céréales par jour, 0,8 kg/j de concentré à 18 % de MAT. Sevrés au 20 avril, leur alimentation quotidienne est depuis composée de foin (1,5 kg MS), céréales (2,8 kg), tourteau à 39 % de MAT (1,2 kg) et ensilage de maïs (2,7 kg), soit 4,2 kg de MS par jour et 4 kg de concentré. À leur dernière pesée, le 11 juin, soit à 280 jours, ces 21 veaux ont affiché un poids moyen de 411 kg, soit un GMQ de la naissance à 280 jours de 1,355 kg/j (et des GMQ variant entre 1,11 et 1,56 kg dans ce lot). Le lot réservé pour la filière SVA-Jean-Rozé est légèrement en-dessous de ces moyennes, soit 406 kg de poids moyen pour 1,33 kg/j de GMQ, ce qui devrait permettre de respecter la fourchette de poids attendue par la filière Salers primeurs du Cantal, soit entre 500 et 650 kg vif. (1) L’exploitation compte 74 ha, dont 7,5 ha de céréales et 2,5 ha de maïs ensilage.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires