Fièvre catarrhale : Une zone réglementée et des protocoles signés

Marien BATAILLE & Dr Didier GUERIN

Fièvre catarrhale : Une zone réglementée et des protocoles signés

Le 13 octobre, la DGAL a réuni le conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale et végétale (CNOPSAV) afin de faire un point de situation et de discuter de la stratégie à adopter en termes de vaccination et de zonage

Des informations actualisées avec les liens internet suivants

Vous trouverez les actualités concernant la fièvre catarrhale sur les sites internet :

  • De votre GDS : www.gdscreuse.fr. Nous l’actualisons dès la validation officielle des renseignements disponibles.
  • De la Préfecture de la Creuse : www.creuse.gouv.fr. Vous retrouverez les communiqués de presse de la Préfecture et d’autres informations en relation avec les étapes clés de la gestion de cette maladie.
  • Du Ministère de l’Agriculture : www.agriculture.gouv.fr/ pour les communiqués et les conférences de presse du ministre.
  • De la plateforme d’épidemiosurveillance ESA : www.plateforme-esa.fr pour l’évolution du zonage, le statut d’une commune vis à vis du zonage, l’explication de la maladie…

Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire sanitaire,  votre GDS ou la DDCSPP au service Santé Animale.

Fièvre catarrhale : Une zone réglementée et des protocoles signés

Les opérations de surveillance programmées à l'issue de la réapparition de la fièvre catarrhale sérotype 8 montrent que le virus est présent dans une grande partie centrale du territoire national (cf. article du 09/10/2015). Face à cette situation, le CNOPSAV du 13 octobre a proposé des mesures pour le zonage et la vaccination à court et moyen termes.

Une fusion des périmètres interdits (PI), zones de protection (ZP) et de surveillance (ZS) en une zone réglementée (ZR)

Le sérotype 8 est désormais considéré comme endémique dans les zones réglementées de France continentale : celles-ci ont donc été modifiées par arrêté ministériel du 16 octobre (cf. carte) : la France ne connait plus qu'une seule ZR (fusion des ZP et ZS), zone qui comprend désormais l'intégralité de certains départements (extension réalisée si 85 % des bovins se trouvent déjà à moins de 150 km d'un foyer de la maladie). Les départements ayant entre 25 % et 85 % de leurs bovins conservent une ligne de partage entre zone indemne (ZI) et zone réglementée.

Un outil pour connaître le statut d’une commune

Un outil pour consulter le statut réglementaire d’une commune de France continentale a été développé par l’ANSES sur la plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (Plateforme ESA). Elle permet à chacun de connaître le statut d’une commune vis à vis du zonage (cf. encadré). Le zonage est actualisé chaque semaine, le jeudi, en fonction des résultats enregistrés dans la semaine. La Plateforme ESA est actualisée en conséquence.

Des sorties possibles de la ZR vers la ZI sur le territoire national

Les mouvements d’animaux, quelle que soit leur catégorie zootechnique, à partir de la ZI ne sont pas limités. Ils sont autorisés vers la ZR sans retour des animaux en ZI, et avec désinsectisation des camions après le déchargement. Au sein de la ZR, les ruminants domestiques peuvent circuler librement et les rassemblements de ces animaux sont autorisés. Les animaux ne peuvent aller de ZR vers ZI que sous certaines conditions. Le tableau « Conditions de mouvements de la zone réglementée vers la zone indemne » vous présente le récapitulatif des sorties possibles de la zone réglementée vers la zone indemne en France continentale. Pour la vaccination, celle-ci doit être réalisée par votre vétérinaire sanitaire. Pour identifier les périodes d'inactivité vectorielle dans la zone réglementée, la  surveillance entomologique va être relancée.

Fièvre catarrhale : Une zone réglementée et des protocoles signés

Pour les échanges au sein de l’Union européenne, des protocoles négociés avec l’Espagne et l’Italie avec un délai post-vaccination de 10 jours

Des protocoles ont été signés, avec l’Espagne, le 02/10/2015 et avec l’Italie le 16/10/2015. Les mouvements de bovins et d’ovins en provenance des ZR françaises vis à vis du sérotype 8 sont autorisés si les animaux sont vaccinés avec un délai de 10 jours après la fin de la primovaccination au lieu des 60 jours du règlement européen. Pour les animaux de moins de 70 jours pour l’Espagne ou moins de 90 jours pour l’Italie, ils doivent être nés de mères vaccinées. Des protocoles similaires sont en cours de discussion avec la République Tchèque et la Lituanie. Pour rappel, les animaux issus des régions dans lesquelles un foyer a été déclaré ne peuvent pas être exportés vers la Turquie. Ne sont indiqués ici que les éléments principaux, pour plus d’informations, vous pouvez consulter la note de la DGAL sur notre site ou nous contacter.

Une poursuite de la stratégie vaccinale actuelle

Considérant la stratégie vaccinale immédiate, le CNOPSAV s’est prononcé en faveur d'un maintien des objectifs de vaccination actuels (vaccination des animaux destinés aux exportations, échanges élargie à la sortie de la ZR vers la ZI en France, et de ceux appartenant aux outils génétiques collectifs). Une redistribution des doses initialement attribuées aux départements restés indemnes aux départements actuellement en ZR a été demandée, avec toutefois le maintien d'un stock au cas où la ZR s'étendrait. Au 25 septembre, 1,345 millions de doses avaient été livrées en centrales de distribution, environ 900.000 d’entre elles ont été distribuées aux vétérinaires. 821.000 doses du vaccin Merial sont venues complétER le stock au 15 octobre. Par ailleurs 125.000 doses de vaccin Calier (vaccin ovin) sont en cours d’achat pour une livraison courant décembre. A partir du mois de février 2016, 4 millions de doses de vaccin Mérial seront disponibles. Les laboratoires CZ Veterinaria, Zoetis et Calier seraient en capacité de fournir entre décembre et février des quantités de l’ordre de 1 à 4 millions de doses.

Apprendre à vivre avec la fièvre catarrhale

Considérant la stratégie vaccinale à moyen terme, l'éradication a été écartée par le CNOPSAV. L'orientation proposée est une vaccination facultative laissée au choix des éleveurs, soit pour la protection de leur élevage (vaccination réalisée par l’éleveur dans le cadre du protocole de soins), soit pour les échanges et les exports (vaccination par un vétérinaire pour la certification). Face au problème de disponibilité de vaccin, une rencontre va être organisée entre les professionnels et les laboratoires producteurs pour estimer les quantités nécessaires pour 2016. Pour répondre à la demande des éleveurs ovins de pouvoir protéger leurs cheptels, un courrier va leur être envoyé pour recueillir leurs besoins.

De plus, le CNOPSAV a réaffirmé l’importance de poursuivre les discussions au niveau européen afin de faire évoluer la fièvre catarrhale de maladie réglementée à maladie à garanties additionnelles, et ce, d’ici 2 à 3 ans.

Enfin, les membres du CNOPSAV ont donné un avis unanimement favorable pour que la DGAL saisisse l’Anses en urgence afin de déterminer les origines possibles de la réapparition de la maladie

Une information au fur et à mesure des renseignements disponibles

Cet article fait un point de situation en fonction des renseignements disponibles ce lundi 19 octobre. Nous essayons de vous tenir informés dès la validation des renseignements disponibles grâce à notre site www.gdscreuse.fr et nos lettres d’information.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires