GDS Creuse - Cap sur 2017. Alertes et nouvelle gouvernance au CA

Marien BATAILLE & Dr Didier GUERIN

GDS Creuse - Cap sur 2017. Alertes et nouvelle gouvernance au CA

Conseil d'Administration (CA) de GDS Creuse => Ce 13 décembre 2016, GDS Creuse a réuni son CA afin de faire le point sur la campagne en cours et préparer 2017.

GDS Creuse - Cap sur 2017. Alertes et nouvelle gouvernance au CA

Au 02/12/2016, 1.208 foyers ont été notifiés depuis 2015 dont 844 depuis juillet 2016 et plus de 300 dans la 2ème quinzaine de novembre. Dix fois plus de foyers ont été détectés à l’automne 2016 par rapport à l’automne 2015. Des cas cliniques avec avortements commencent à être observés dans plusieurs départements. Cela confirme la reprise de la circulation virale qui s’amplifiera en 2017 selon l’ANSES. La maladie risque d’impacter les cheptels à l’été 2017. Le vaccin contre le virus de la fièvre catarrhale sérotype 8 (BTV-8) est encore pris en charge par l’Etat. Donc, que ce soit pour protéger votre cheptel de souche (vous pouvez vaccinez vous-même) ou commercialiser vos animaux (broutards, reproducteurs…, votre vétérinaire sanitaire vaccine), préparez votre prochaine campagne cet hiver.

GDS Creuse - Cap sur 2017. Alertes et nouvelle gouvernance au CA

En cette fin 2016, après une année difficile, notamment, d’un point de vue météorologique avec des impacts sanitaires et dans un contexte de nouvelle gouvernance (grande région, loi NOTRe, accréditation…), les membres du CA ont fait le point sur l’année en cours et se sont prononcés sur les chantiers à venir. Sont présentés ici les principaux points.

Des élevages en situation de déséquilibre liée à une météorologie défavorable…

2016 s’est distingué par un printemps humide, un été chaud et sec. Face à cette situation, nombre d’animaux et de cheptels se trouvent dans un état de déséquilibre notamment lié à des insuffisances alimentaires. Cela s’est traduit par une augmentation des diarrhées néonatales à l’automne, situation dégradée qui se poursuit en ce début d’hiver. Des alertes spécifiques ont également été recensées : maladie Schmallenberg (cf. article du 09/12/2016), salmonellose bovine (cf. article du 16/12/2016).

… face à cette situation, être vigilant et utiliser la « boîte à outils GDS Creuse »…

Cette situation 2016 particulière demande d’être vigilant. Cela implique de faire un point précis sur la situation de vos animaux en ce début d’hiver d’un point de vue alimentaire (note d’état, carences potentielles azotées, minérales, vitaminiques...) et parasitaire : l’été sec a pu augmenter la contamination par la grande douve ou le paramphistome du fait du rassemblement des animaux sur des zones humides, le contrôle analytique s’avère donc indispensable pour adapter son plan antiparasitaire (cf. article du 23/12/2016, les analyses sont prises en charge à 50 %). Ces éléments peuvent avoir des conséquences importantes sur le capital immunitaire du veau, le contrôle du transfert immunitaire est encore plus essentiel cette année (cf. illustration, les analyses sont prises en charge à 100 %). Vous retrouverez les principaux éléments de la « boîte à outils GDS Creuse » dans le GDS Creuse Mémo n°16 que vous venez de recevoir et que vous pouvez consulter sur notre site www.gdscreuse.fr.

… avec une attention particulière vis à vis de la protection animale

La commission « protection animale » GDS Creuse s’est réunie le matin du CA. 36 dossiers, dont 6 suivis en cellule spéciale (cas très difficiles et/ou récurrents), ont été présentés. 11 ont été réglés dont 3 suivis en cellule spéciale. 29 dossiers restent en suivi : 4 en cellule spéciale et 25, dont 4 nouveaux, en 1ère phase. Une des clés de réussite est la précocité d’intervention d’où l’importance de signaler très tôt les nouveaux cas. Il en est de la responsabilité de chacun pour le bien de tous, l’éleveur concerné et la communauté des éleveurs. Cette vigilance accrue est particulièrement nécessaire cette année vu le contexte, n’hésitez pas à informer vos délégués cantonaux ou à nous contacter dès que vous avez connaissance d’une alerte.

La nouvelle gouvernance sanitaire et son déploiement : le GRASL accrédité

Depuis 2014, le Groupement Régional d’Action Sanitaire du Limousin (GRASL) est reconnu comme Organisme à Vocation Sanitaire (OVS) et, dans ce cadre, il est délégataire de l’Etat dans les 3 départements de l’ancienne Région Limousin pour les suivis des prophylaxies bovines de la tuberculose, de la brucellose et de la leucose. La délégation de missions de l’Etat vers les OVS demande l’accréditation selon la norme NF ISO/CEI 17020. L’évaluation initiale du GRASL par le COFRAC, organisme accréditeur, a eu lieu au mois de juin dernier. L’équipe d’évaluation a indiqué qu’elle avait « confiance dans la mise en œuvre et la pérennité du système de management, dans la réalisation technique de l’inspection et dans l’organisation générale ». Suite à cette évaluation initiale, le GRASL est accrédité pour la période du 01/12/2016 au 30/11/2020.

Un assainissement IBR qui se termine

La campagne 2016/2017 a vu la mise en place du nouvel arrêté IBR qui a pour objet son éradication. Il est favorable pour les cheptels indemnes et plus contraignant pour ceux en assainissement ou non-conformes (cf. article du 11/11/2016). Chaque éleveur dont le cheptel est non-indemne d’IBR a été informé de ces évolutions. Une évolution très favorable est observée, nous sommes passés en 2 mois de 50 à 40 cheptels avec des bovins positifs. Le taux de cheptels positifs se situe maintenant à 1,4 %, l’objectif étant moins de 1 %. Parmi les mesures liées à ce nouvel arrêté ministériel, une n’est pas encore totalement intégrée et demande donc une attention particulière, il s’agit du contrôle IBR à l’introduction. Pour prendre en compte le risque « transport », celui-ci est à réaliser 15 à 30 jours après l’arrivée du bovin. Soyez très attentif par rapport à cette obligation sans oublier que 15 jours… c’est bien 2 semaines plus 1 jour ! Pour rappel, c’est la durée minimale de l’isolement de tout animal introduit.

Conseil Départemental – Laboratoire Départemental d’Analyses – Conseil Régional, des réflexions et des demandes en cours

Les nouvelles régions (Nouvelle Aquitaine pour nous), la loi NOTRe et sa définition des compétences de chaque collectivité demandent une redéfinition des schémas d’aide des différentes politiques, notamment la politique sanitaire animale. Avec le Conseil Départemental, nous avons un partenariat historique avec des conventions relatives à des programmes de prévention et de lutte contre les dangers sanitaires de 2ème et 3ème catégories pour les espèces bovine, équine et ovine. Pour 2016, année de transition, le montant est équivalent à celui de 2015, soit 274.000 € d'aides aux éleveurs. Pour 2017 et les années suivantes, le CA de GDS Creuse oriente son action selon 3 axes :

  • Faire reconnaître la spécificité sanitaire au niveau régional : une action sanitaire n’est efficace que si elle est collective donc avec une implication de tous les éleveurs. Les garanties sanitaires conditionnent l’accès au marché d’où une participation nécessaire du Conseil Régional pour la 1ère région française d’élevage en terme d’exportation.
  • Maintenir l’engagement du Conseil Départemental dans le cadre du concept « Une santé » (lien santés animale et humaine) et la gestion du territoire.
  • Avoir une réflexion sur l’avenir du Laboratoire Départemental d’Analyses de la Creuse (LDA 23) dans ce nouveau contexte.

Nicolas Simonnet, Vice-président du Conseil Départemental de la Creuse en charge de l'Agriculture, a indiqué que le Conseil Départemental veut poursuivre l’aide sanitaire aux éleveurs via GDS Creuse, pour ce faire, il est en relation avec le Conseil Régional. Pour le LDA 23, il remercie GDS Creuse pour son implication dans ce dossier et indique qu’il continuera d’être associé à la réflexion demandée.

Une forte mobilisation de GDS Creuse qui se poursuit

Cet article présente un aperçu du contenu de ce CA. Vous avez pu avoir des informations lors de nos réunions d’automne, elles ont été des lieux de rencontre, d’échanges dans la convivialité, nous remercions tous les éleveurs qui sont venus nous rencontrer. Vous trouverez d'autres éléments dans votre GDS Creuse Mémo n°16 qui vient de vous être adressé. Pour tout renseignement complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires